Honorable distinction d’un militant amazigh

Dr Mohamed Handaine élu à l’UNESCO

Saoudi El Amalki

Mohamed Handaine, président du Comité de la Coordination des peuples autochtones d’Afrique (IPACC), président de la Confédération des associations amazighes du Sud et ancien coordinateur régional pour l’enseignement de la langue amazighe à l’Académie régionale d’éducation et de formation de la région de Souss-Massa-Draa, a été élu, lundi 18 janvier 2021 par l’UNESCO pour représenter l’Afrique à la décennie des Nations Unies des langues autochtones.

Connu pour son combat inlassable au service de la valorisation et l’émancipation de l’amazighité, durant des décennies, cet acteur de longue date s’est attelé à cette tâche par des actes concrets et des recherches et études sur l’historicité et les spécificités de la langue et la culture amazighes.

Il ne cesse de briller aussi par l’éminence de ses réflexions et pensées,imprégnées de modération et de rationalité fécondes, ainsi que par des qualités humaines et intellectuelles incontestables. Ce qui lui a valu sans doute, cette honorable consécration.

L’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé à la fin de l’année 2019 la décennie des langues autochtones proposée par le comité directeur de l’année internationale des langues autochtones 2019.

L’UNESCO a supervisé la formation du nouveau comité qui supervisera la mise en œuvre du programme international pour cette décennie.

Après de nombreuses consultations entre représentants de différents pays africains, et après plusieurs réunions à distance, le Dr Mohamed Handaine, ancien coordinateur régional pour l’enseignement de la langue amazighe à l’Académie Sous Masa Draa (Souss Massa dans la nouvelle division) et président de l’IPACC a été élu en tant que représentant de l’Afrique et des différentes associations des peuples autochtones africains.Deux membres du groupe de travail ont également été élus: Maryam Walat Aboubakrin du Mali, ancienne présidente de l’Instance permanente des peuples autochtones des Nations Unies, et  Johnstone Mali ole Kaunga du Kenya.

Le comité de direction composé de représentants des peuples autochtones et des représentants des Etats  de l’UNESCO travaillera sur la préparation du plan international pour cette décennie et tiendra sa première réunion le mois prochain.

Related posts

*

*

Top