La critique théâtrale au Maroc en deuil

Hassan El Mniai n’est plus

Mohamed Nait Youssef

Perte immense pour le paysage artistique et culturel marocain et arabe! En effet, Hassan El Mniai, une autre pyramide des planches nationales s’en est allée, en silence… Baa Hassan, comme beaucoup d’amis, de collègues, de professeurs et d’hommes et femmes de théâtre  aimaient l’appeler, a quitté le monde d’ici bas, vendredi 13 novembre, après une longue carrière dédiée et consacrée au père des arts. Il était à la fois  théoricien, chercheur, docteur,    précurseur et fondateur de la critique théâtrale au Maroc. Aujourd’hui, il n’est plus.  Il avait 79  ans.

«On le savait malade ces derniers temps. Le docteur Hassan El Mniai, fondateur du cours de théâtre au Maroc nous a quittés pour rejoindre d’autres cieux. C’est lui d’ailleurs qui a fait connaitre au grand public le théâtre marocain, ses expériences et ses sensibilités au Maroc et au-delà des frontières», nous confie le dramaturge et metteur en scène Bouselham Daif. Et d’ajouter: «J’ai perdu un deuxième père parce qu’il était à la fois mon professeur ayant  dirigé mon projet de fin d’études de master et mon ami. Je pense que sa dernière participation était au festival de Meknès de théâtre où j’ai créé le prix de Hassan El Mniai pour la critique théâtrale», nous confie Bouslaham Daif.

L’information du décès de El Mniai est tombée, vendredi soir, comme un couperet.

Les rideaux  des  planches portent la couleur du deuil, écrit la chercheuse et critique de théâtre, Fouzia Elbayed.

«A la place Lahdim de Meknès était la dernière rencontre avec notre maître, Hassan El Mniai. Il restera le fondateur de la critique théâtrale et la référence majeure pour les chercheurs», a-t-elle ajouté.

Professeur des générations, Hassan El Mniai a joué un rôle primordial dans la création du cours de théâtre dans les universités marocaines. Il était incontestablement l’une des figures de proue ayant œuvré pour la promotion du théâtre scolaire. Selon lui, ce dernier est indispensable pour le développement du théâtre et de la pratique théâtrale dans les universités marocaines.

«Un départ triste. Le théâtre est en deuil. Les planches pleurent le décès du fondateur du cours universitaire et de la critique théâtrale », c’est avec ces mots que le metteur en scène, dramaturge et critique de théâtre Hassan Hammouche a rendu hommage au regretté.

Natif de la ville de Meknès, El Mniai a ouvert ses yeux le 17 août 1941. Il a suivi ses études supérieures à la faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat où il a décroché sa licence en lettres arabes en 1961 ainsi que le diplôme d’études approfondies en littérature comparée en 1963. Après, il a eu son doctorat d’Etat de l’université de la Sorbonne en 1983. Les contributions du défunt en matière de la recherche théâtrale sont nombreuses et diverses. Ainsi, c’est à partir de 1963 qu’il avait commencé à publier des articles dans les domaines du théâtre, de la critique littéraire et de la traduction sur les colonnes de plusieurs journaux et revues marocains et arabes. En 1968, il intégra l’Union des écrivains du Maroc.

Prolifique, le défunt a signé des ouvrages de référence dans le domaine du théâtre, entre autres «des recherches dans le théâtre marocain», «Ici le théâtre arabe», «le théâtre et l’improvisation», «Le théâtre marocain de la création à la fabrication du spectacle», «le théâtre et la sémiologie», «le corps au  théâtre».  Hassan El Mniai est aussi un écrivain et intellectuel prolixe. Il a écrit également sur les autres domaines de la création dont les arts plastiques. Dans cette optique, son livre intitulé «sur l’art plastique» où il a mis les lumières sur les univers picturaux et artistiques des peintres connus et reconnus tels que Mohamed EL Kacimi; était l’une des premières références qui ont accompagné l’évolution de l’art plastique marocain.

Hassan El Mniai: doyen du théâtre marocain

L’Union des écrivains du Maroc (L’UEM) a annoncé le décès de l’un de ses fondateurs et pionniers. La mort de Hassan El Mniai, souligne l’UEM, est une grande perte pour la culture marocaine et arabe mais aussi et surtout au cours de théâtre arabe vu l’apport important du défunt dans ces deux domaines. Humble et respecté par tout le monde,  le défunt a été connu, ajoute la même source,  par ses positions nobles et son rôle majeur dans la création  du cours de théâtre dans l’université marocaine ainsi que sa présence académique importante, ses recherches théâtrales et critiques exceptionnelles soit au sein de l’université marocaine ou encore ailleurs.

Ses livres et ses recherches autour du théâtre, précise l’UEM, sont désormais des références essentielles sans oublier bien entendu ses écrits en matière de la critique littéraire moderne. Pour l’UEM, Hassan El Mniai a été également professeur des générations en formant plusieurs promotions d’étudiants, de professeurs et de docteurs marocains. «Il était professeur, encadrant de plusieurs noms dans le domaine de la recherche théâtrale au Maroc et même ailleurs», conclut l’Union des écrivains du Maroc.

*

*

Top