Le Maroc droit au but mais devra patienter

CAN 2021

Rachid Lebchir

Comme attendu, l’équipe nationale marocaine a réalisé sa double victoire au détriment de son homologue de la Centrafrique (2-0), mardi à Douala après le (4-1) vendredi dernier à Casablanca, pour le compte des 4e et 3e journées du groupe E des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN 2021).

Les Lions de l’Atlas ont fait la décision contre la Centrafrique à la fin de chaque période dans cette seconde rencontre disputée au Cameroun, pour des raisons de sécurité. Hakim Ziyech, encore lui, décisif après la première sortie avec un doublée (4-1), a récidivé en ouvrant le score suite à un coup franc (39’ minutes) tout en offrant le but du break à Youssef En-Nessyri dans le temps additionnel (90’+1).

Les deux victoires contre la Centrafrique après la première réussie devant le Burundi (3-0) dans son fief et le nul (0-0) à domicile face à la Mauritanie, ne sont donc pas encore suffisants pour la qualification du Maroc qui se trouve en tête du classement avec 10 unités et qui n’est plus qu’à un point pour faire l’essentiel et accéder en phases finales de la CAN.

Pour le moment, seules 4 sélections y sont qualifiées à savoir le Sénégal, l’Algérie, la Tunisie et le Mali en plus du Cameroun pays hôte.

Le Maroc aurait pu leur emboiter le pas sans le Burundi qui a faussé les pronostics en s’offrant la Mauritanie avec une victoire de (3-1) après le nul de (1-1) lors de ces récentes journées des éliminatoires. La Mauritanie reste ainsi en seconde place avec 5 points mais à une seule longueur du Burundi (4 points) alors que la Centrafrique, lanterne rouge avec 3 points, n’est mathématiquement pas encore éliminée.

La course est relancée et s’annonce donc serrée pour les deux places qualificatives. Mais l’équipe du Maroc a toujours son destin entre les mains en essayant d’ajouter à son compteur un point pour terminer leader dans son groupe.

C’est vrai qu’il faudrait un cataclysme pour que le Maroc ne prenne pas l’une des deux premières places qualificatives. Il faudrait que l’équipe nationale perde ses deux prochains matches contre la Mauritanie et le Burundi et que ces deux derniers fassent le plein contre la Centrafrique qui, elle aussi, n’a pas encore baissé les mains.

Dans ce cas là, la Mauritanie qui a encore 6 points à gagner pourrait chiper la première place au Maroc alors que le Burundi a besoin du même nombre de points pour rejoindre le Onze national en 2e place et lui subtiliser la qualification. Mais cela reste un miracle aussi bien pour la Mauritanie que pour le Burundi qui évoluera dans le fief du Maroc avec l’espoir de lui rendre la monnaie en s’imposant par plus de (3-0).  Ce qui reste loin d’être réalisable au grand Dam de nos Lions qui sont toujours favoris tant pour la victoire que pour renforcer leur meilleur goal-average qui est pour le moment de (9 buts contre 1 encaissé) en 4 matches.

La qualification du Maroc n’est donc plus qu’une question de temps…

Et en attendant, ce point nécessaire prochainement à l’extérieur devant la Mauritanie avant de boucler la boucle face au Burundi, notre équipe nationale qui se trouve dans un groupe donné des plus faciles, continue certes de vaincre mais n’arrive toujours pas à convaincre.

Les Lions de l’Atlas qui ont plus ou moins peiné avant de prendre l’avantage sur une faible équipe centrafricaine, n’ont pas encore montré l’image réelle d’une formation capable de rivaliser même avec des équipes d’un niveau moyen du Continent. Qu’en sera-t-il si le Onze national était contraint à faire face à un groupe composé de gros morceaux…?

Et puis, il n’y a pas seulement les joueurs professionnels d’Europe sur qui le coach national, Vahid Halilhodzic, peut compter. Il y a aussi les joueurs locaux de la Botola ayant le mérite de porter et de mouiller le maillot de la sélection mais qui sont malheureusement toujours marginalisés.

Du pain sur la planche donc pour le coach Vahid appelé à sceller la qualification et bien préparer la prochaine CAN. Cela dans l’espoir de faire mieux que son prédécesseur, Hervé Renard, et nous faire oublier les déboires des récentes CAN dont l’édition écoulée avec l’élimination précoce qui reste encore dans la gorge devant la petite équipe du Bénin…

Pour le moment, il faut qu’on garde espoir pour nos Lions qui mènent toujours leur campagne, droit au but, une campagne doucement mais surement vers une autre CAN à ne pas rater avec les « pros » de l’étranger mais aussi avec le concours des joueurs botolistes qui ont vraiment leur place à saisir et à défendre.

Car ils continuent à le prouver dans les compétitions africaines interclubs où nos équipes ont été toujours présentes… L’exemple le plus récent reste celui de la RSB qui venait d’offrir au Maroc une Coupe de la CAF en allant sur les traces de plusieurs clubs marocains ayant dans leur palmarès plusieurs titres, ici et là, dont le Raja et le Wydad demi-finalistes cette saison de la Ligue des Champions. Les joueurs de ces clubs ainsi que d’autres de la Botola se préparent, eux, pour prendre part au prochain championnat d’Afrique des joueurs locaux à l’aube de l’année 2021 avec une sélection menée par l’entraineur, Houcine Ammouta, et défendre ainsi le titre du CHAN 2018 remporté avec l’autre coach national, Jamal Sellami.

Que les pros de Vahid s’y inspirent vers de lendemains meilleurs… vers un second titre de la CAN qui fait défaut au Maroc depuis 45 ans environ…

Related posts

*

*

Top