«Les enjeux de l’emprunt national»

Trois questions à Farid Mezouar (Directeur exécutif de flm.ma)

Pouvez-vous nous expliquer l’intérêt d’un emprunt national?

Pour l’État, l’intérêt d’une telle levée via un emprunt au lieu des BDT, réside dans l’accès direct à l’épargne des particuliers tout en bénéficiant de maturités assez longues. Ainsi, à titre de rappel historique, le Maroc avait lancé en 1976 un emprunt national pour le développement des provinces sahariennes. Cet emprunt avait mobilisé près de 1,1 Mrd DH en vue de financer le supplément de dépenses publiques dans ces provinces marocaines libérées.

Est-ce que l’emprunt a des effets indirects?

Tout à fait car en joignant l’utile à l’agréable, le lancement d’un emprunt est aussi un moyen de bancarisation quand les souscriptions en cash sont autorisées. En effet, la bancarisation et l’inclusion financière, peuvent passer par une plus grande flexibilité dans l’acceptation de la souscription en cash, tout en maintenant certains garde-fous. Cette domiciliation bancaire du cash (près de 250 Mrds DH en circulation) dont une partie est thésaurisée, a aussi un intérêt macroéconomique. De même, elle facilite l’équipement des nouveaux épargnants en moyens de paiement.

Est-ce que l’Emprunt peut exercer un effet d’éviction sur la Bourse?

A Flm, nous pensons que cet effet d’éviction ne devrait pas exister de manière significative car il s’agit d’un produit taux qui va concurrencer les autres placements de cette catégorie comme les DAT ou les OPCVM obligataires. Mieux, si le taux d’intérêt est intéressant alors que la défiscalisation semble acquise, l’émission d’un emprunt permet d’habituer une partie des ménages aux placements financiers. D’ailleurs, plusieurs souscripteurs de 1976, se sont transformés en boursicoteurs par la suite.

Related posts

*

*

Top