Les Souiris retrouvent en douceur la joie de vivre

Après un confinement éprouvant

Par Hassan El Amri (MAP)

Et la vie reprend, doucement mais sûrement, ses droits à Essaouira ! Après plus de trois mois de confinement éprouvant, induit par la propagation de la pandémie de la Covid-19, les habitants de la Cité des Alizés ont retrouvé la joie de vivre, avec l’espoir de tourner la page de cette période difficile, avec son lot d’anxiété et de stress physique et psychologique n’ayant épargné personne.

Dès l’entame de la phase I du plan de déconfinement progressif, les rues et principales artères de la ville ont commencé à se repeupler, les Souiris étant désormais libres dans leurs mouvements, sans laisser, toutefois, place au relâchement et à l’insouciance : la vigilance et le respect strict des mesures préventives restent toujours de mise pour assurer la reprise, petit à petit, du cours de la vie normale.

Profitant de cette liberté retrouvée «sous conditions», les habitants sur les visages desquels, mêmes masqués, se lisait un sentiment de grand soulagement, ont veillé à se conformer aux gestes barrières (port de bavettes, distanciation physique et stérilisation régulière des mains avec du gel hydroalcoolique…), pour éviter toute propagation ou réapparition de la pandémie.

Longtemps claquemurés, femmes et hommes de tous âges, accompagnés de leurs enfants, ont investi les places et espaces publics ainsi que la très prisée corniche, qui a retrouvé doucement mais surement son animation, l’occasion, pour certains, de profiter ensemble du beau temps et de faire du sport en plein air (jogging, marche, vélo…), et de se balader et de déambuler, pour d’autres, afin de se dégourdir les jambes après une période d’inactivité «forcée».  De véritables moments de décompression et de pur bonheur qui ont permis aux grands et petits de savourer le plaisir d’un retour, ô combien attendu, au train de vie «quasi normal».

Inaccessible au début du déconfinement, la plage d’Essaouira a également recommencé, lors de la 2è phase de l’assouplissement des restrictions, à se garnir d’estivants, venus seuls, entre amis ou en familles, jouir de baignades rafraîchissantes, d’un grand bol d’air marin ou de bains de soleil, sous l’œil vigilant d’agents d’autorité déployés sur place pour veiller au respect des mesures barrières.

Si certains ont saisi cette réouverture de la plage pour nager, se divertir ou marcher au bord de la mer, d’autres, parmi les passionnés des planches, ont profité des alizés pour renouer avec la pratique de leurs sports de glisse préférés, notamment le kitesurf.

Par ailleurs, des campagnes de nettoyage sont menées par les autorités locales en vue de redonner belle allure à la plage et d’offrir à la population locale et aux visiteurs une expérience estivale inoubliable.

L’allègement du confinement a, en outre, entraîné la reprise, quoique timide, de l’activité économique, commerciale et de services, conformément aux mesures de précaution instaurées et ce, à la grande joie des professionnels, qui s’impatientaient de rouvrir leurs échoppes, en espérant «sauver les meubles» et profiter de la saison estivale pour la relance de leurs commerces durement affectés par la Covid-19.

Parmi eux figurent les cafetiers et restaurateurs qui, limités au départ uniquement aux «services à emporter» et aux «livraisons à domicile», ont rouvert totalement leurs établissements, avec un nouvel réaménagement conforme aux nouveaux dispositifs de prévention et aux règles d’hygiène en vigueur, et une capacité d’accueil réduite à 50%, dans le double objectif de respecter les conditions imposées par les autorités et de préserver la santé des employés et des clients.

C’est le cas de M. Khaled Benghadda, propriétaire d’un restaurant de la place, dont la réouverture est imminente, après la mise en place de tous les dispositifs de prévention adoptés.

Dans une déclaration à la MAP, M. Benghadda s’est dit très heureux de cette reprise de l’activité de restauration, affirmant que toutes les mesures sanitaires, préventives et de distanciation physique ont été appliquées pour un accueil sûr, sécurisé et serein de la clientèle.

«Aujourd’hui, la Covid-19 est un mal avec lequel nous devons cohabiter, mais nous devons aussi lutter contre ce virus par le respect ferme des mesures prises par les autorités», l’objectif ultime étant la sécurité sanitaire des clients et du personnel, a-t-il insisté, ajoutant, sur un ton enthousiaste, que «la ville d’Essaouira est prête, après des mois de confinement, à recevoir ses visiteurs nationaux et étrangers».

De leur côté, les établissements hôteliers ont œuvré d’arrache-pied pour être fin prêts à l’accueil de leur clientèle, tout en exécutant à la lettre les directives du protocole sanitaire émis par les autorités compétentes.

«Nous avons minutieusement préparé notre réouverture car notre priorité absolue est la sécurité de nos clients et collaborateurs», a affirmé, M. Alaa-Eddine Squalli, Directeur Général d’un établissement hôtelier.

«Une batterie de mesures sanitaires et sécuritaires rigoureuses ont été, ainsi, mises en place pour assurer la sécurité sur l’ensemble du parcours client ou collaborateur, dont la prise de température à l’entrée de l’établissement, la mise à disposition de masques de protection, de gels hydroalcooliques ou de lingettes désinfectantes, l’affichage dans l’ensemble de l’hôtel de messages de sensibilisation et la diffusion de vidéos invitant les gens à prendre conscience de l’importance de ces gestes barrières», a-t-il expliqué dans une déclaration similaire.

«Nous attendons avec impatience l’arrivée des clients à Essaouira afin qu’ils puissent vivre une expérience mémorable, tout en étant sereins sur leur santé et celle de leurs familles», a-t-il dit.

Parallèlement au travail soutenu et sans relâche des autorités locales, tous corps confondus, la société civile souirie demeure mobilisée pour contribuer à la conscientisation de la population quant à l’importance du respect des mesures barrières en cette conjoncture exceptionnelle.

Dans ce cadre, l’association «Sanad» d’appui au secteur de la santé dans la province d’Essaouira, à l’instar d’autres acteurs de la société civile, est à pied d’œuvre pour mener une large campagne de sensibilisation sur la plage de la ville.

«Durant cette période post-confinement coïncidant avec la saison estivale, nous mènerons une campagne de sensibilisation pour rappeler à la population locale et aux visiteurs de la ville l’importance de la prévention et l’obligation du respect des mesures préventives pour éviter toute réapparition de la pandémie», a expliqué Dr. Asma Benalil, présidente de l’association.

«Avec l’implication et l’engagement des membres de l’association, dont des médecins, des infirmiers et cadres de santé, nous sommes mobilisés pour sensibiliser les gens à la plage, notamment avec des messages sonores, sur l’importance du port du masque de protection, de la distanciation physique et de la stérilisation des mains avec des solutions hydroalcooliques, pour contribuer ensemble à la lutte contre ce virus et au retour à la vie normale», a-t-elle précisé.

Malgré la persistance de la Covid-19, les Souiris demeurent fortement conscients de l’impératif de redoubler de vigilance et de prudence en cette période «transitoire» pour renouer, in fine, avec leur vie d’avant et se remettre rapidement des «séquelles» du confinement induit par cette pandémie.

*

*

Top