Virus: l’UE se prononce sur AstraZeneca

Record de morts au Brésil

Le régulateur européen doit livrer mercredi ses conclusions sur le lien potentiel entre le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus et la formation de caillots sanguins, tandis que le Brésil a enregistré un nouveau record avec plus 4.000 morts en une journée.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) tiendra ce mercredi à 14h00 GMT une conférence de presse portant sur « la conclusion de l’examen du signal d’alarme » lancé à propos de ce vaccin par rapport à « des cas de thrombose », a précisé le régulateur européen, basé à Amsterdam.

La directrice exécutive de l’EMA, Emer Cooke, participera à cette conférence après la suspension par plusieurs pays européens de l’utilisation du vaccin du laboratoire anglo-suédois en raison des signalements de caillots sanguins parmi les personnes vaccinées.

L’EMA avait indiqué mardi qu’elle évaluait si le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus était potentiellement lié à la formation de rares caillots sanguins, signalés dans plusieurs pays.

Un responsable de l’EMA avait évoqué l’existence d’un « lien » entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero publiée mardi.

L’EMA avait annoncé le 18 mars que les bénéfices du vaccin AstraZeneca continuaient de l’emporter sur les risques. Ce vaccin est l’un des quatre approuvés dans l’UE, avec celui de Moderna, de Pfizer/BioNTech et de Johnson & Johnson dont les livraisons sont attendues le 19 avril.
Le Royaume-Uni, qui a développé le vaccin AstraZeneca, a annoncé mercredi qu’il commençait à utiliser le vaccin anti-Covid du laboratoire américain Moderna.

« Le déploiement du vaccin Moderna commence aujourd’hui », a tweeté le Premier ministre Boris Johnson. « Nous avons commandé 17 millions de doses ».

Dans l’attente de l’avis du MHRA, le régulateur britannique, l’université d’Oxford a annoncé qu’elle suspendait les essais sur les enfants du vaccin contre le Covid-19 qu’elle a développé avec le laboratoire anglo-suédois.

La région espagnole de Castille-et-Léon (nord-ouest) a annoncé mercredi suspendre la vaccination contre le Covid-19 avec AstraZeneca dans l’attente de la publication du rapport de l’EMA.

Plusieurs pays ont décidé de ne plus administrer ce vaccin en-dessous d’un certain âge, comme la France, l’Allemagne et le Canada. La Norvège et le Danemark ont même suspendu son utilisation.

Aucun des 27 pays de l’UE n’a atteint fin mars l’objectif de vacciner 80% des personnes de plus de 80 ans, selon la Commission.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a imputé mercredi à des problèmes de livraison de vaccins par l’UE le retard pris par la campagne de vaccination en Australie.

« 3,1 millions de vaccins ne sont pas arrivés en Australie », a-t-il affirmé. « C’est une simple constatation ».

La situation aux Etats-Unis paraît en contraste avec l’Europe ou le Brésil, où un nouveau record de morts du Covid a été enregistré.

« Nous pouvons dès à présent nous projeter dans la vie post-pandémie »: le gouverneur de Californie a annoncé mardi rouvrir son Etat le 15 juin, grâce à la campagne de vaccination américaine menée tambour battant.

« Notre programme de vaccination est en pleine effervescence », s’est réjoui le président américain Joe Biden, annonçant qu’à partir du 19 avril tous les adultes américains seraient éligibles à la vaccination, en avance de dix jours sur ses objectifs.

Pays le plus endeuillé au monde en valeur absolue par la pandémie, avec plus de 550.000 morts, les Etats-Unis en sont à plus de trois millions d’injections par jour en moyenne sur les 7 derniers jours, selon les autorités.

Pendant ce temps, le combat contre le Covid est de plus en plus chaotique au Brésil. Le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie enchaîne les sombres records: plus de 4.000 personnes sont décédées du Covid-19 lors de la seule journée de mardi.

Ce pays d’Amérique latine livre son combat contre le coronavirus dans la plus grande confusion, avec un éventail de mesures pour les écoles, les églises ou les restaurants contradictoires, mal expliquées et soumises aux aléas des décisions judiciaires.

« A Rio nous sommes pris au milieu d’une bataille politique entre le maire et le gouverneur, et ça ajoute encore plus de confusion », déplore Marcia Matos, habitante d’une des plus grandes villes du pays.

Et au niveau national, le président d’extrême droite Jair Bolsonaro continue de critiquer les restrictions, au nom de la préservation de l’emploi.

Amnesty a appelé mercredi à un sursaut face au « quasi-monopole » des pays riches dans l’accès à l’immunisation, « laissant les pays avec le moins de ressources confrontés aux pires conséquences », selon la secrétaire générale de l’ONG, la Française Agnès Callamard.

La moitié des quelque 680 millions de doses administrées dans le monde l’ont été dans des pays à « revenu élevé » au sens de la Banque mondiale (16% de la population mondiale), tandis que les pays à « faible revenu » (9% de l’humanité) ne concentrent que 0,1% des doses injectées, selon un comptage réalisé mardi par l’AFP à partir de données officielles.

Par ailleurs, selon la plus grosse étude à ce jour sur le bilan mental d’anciens malades du coronavirus, une personne sur trois ayant surmonté le Covid-19 a eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l’infection.

L’anxiété (17%) et les troubles de l’humeur (14%) étaient les diagnostics les plus fréquents, selon l’étude, parue mercredi dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry.

Étiquettes

Related posts

*

*

Top