2002: Les Lions de l’Atlas toujours éliminés au premier tour

Le Maroc s’apprête à assurer sa 17e participation en Coupe d’Afrique des Nations à l’occasion de la 32e édition de la CAN 2019 prévue en Egypte en été prochain. Cap sur les participations du Maroc à travers l’histoire, depuis la création de la CAN en 1957.

Les Lions de la CAN 2002 organisée au Mali n’étaient pas moins chanceux de ceux l’édition tenue conjointement par le Ghana et le Nigeria, deux ans auparavant. Les Lions y sont allés sur les mêmes traces en subissant une sortie prématurée successive. Pourtant, ils ont réalisé des résultats honorables dans l’ensemble, aussi bien aux éliminatoires que lors des phases finales.

Dirigée par un nouvel entraineur, le Portugais Humberto Coelho, en succédant au Français Henri Michel, l’équipe nationale avait soufflé le chaud et le froid durant les matches des éliminatoires. Après le passage du premier tour suite au forfait de la Guinée Bissau, l’équipe du Maroc allait réussir une qualification difficile mais méritée en remportant 3 victoires contre 2 défaites et 1 nul lors du second tour (phase de poules). Doublement battue par le Gabon (2-0 en aller et 0-1 au retour) au terme des premier et dernier matchs des éliminatoires, l’équipe du Maroc s’est ressaisie s’imposant également à double reprise contre la Tunisie (0-1 à l’extérieur, but de Camacho, et 2-0 à domicile, buts de Chippo et Camacho). Contre le Kenya, l’équipe nationale avait également réussi une victoire à domicile (1-0, but de Chipo) avant de se déplacer pour arracher le nul (1-1, but de Bassir). Ce qui donnait la qualification du Maroc en leader de son groupe (10 points) en compagnie de la Tunisie (2e / 8 pts).

Lors des phases finales, la mission des Lions semblaient encore difficile. En commençant par un nul face au Ghana (0-0), le Maroc allait pourtant s’imposer par la suite contre le Burkina Faso (2-1, buts de Zerouali auteur d’un doublé). Mais lors de la 3e sortie, l’équipe nationale allait subir une lourde défaite infligée par l’Afrique du Sud (3-1) avec le but de Benmahmoud qui a sauvé l’honneur suite à un penalty dans le dernier quart d’heure de jeu.

Pour l’histoire, l’Afrique du Sud bête noire des Lions de l’Atlas, venait de prendre le meilleur sur le Maroc pour la seconde fois en phase finale de la CAN après la victoire (2-1) au quart de finale de la CAN 1998.

L’Afrique du sud et le Ghana, premiers du groupe (ex-aequo avec le même nombre de points 5) allait continuer le périple de cette nouvelle CAN marquée par une autre élimination sévère du Maroc qui terminait 3e de son groupe (4 pts) alors que le Burkina fermait la marche (1 pt).

Au quart, l’Afrique du Sud a été sortie par le pays hôte, le Mali, vainqueur par (2-0). Le Nigeria, le Cameroun et le Sénégal ont enchainé grâce à des victoires respectivement contre le Ghana (1-0), l’Egypte (1-0) et la RD Congo (2-0).

En demi-finales, le Mali allait rendre le tablier face au Cameroun (0-3) tout comme le Nigeria face au Sénégal (1-2 après prolongations).

Le trophée de cette CAN malienne était revenu en fin de compte au Cameroun vainqueur du Sénégal grâce aux tirs au but (3-2 après le 0-0 du temps réglementaire et les prolongations) alors qu’auparavant, la petite finale tournait à l’avantage du Nigeria au détriment du Mali (1-0).

Un statu quo fut signalé pour les meilleurs goléadors de cette CAN avec les Camerounais Patrick Mboma et Salomon Olembe ainsi que le Nigérian Julius Aghahowa auteurs de 3 buts chacun.

Voilà en gros pour cette CAN marquée par son niveau technique, bon dans l’ensemble, l’âpreté des matches disputé… Mais qui reste malheureusement à oublier pour le Maroc qui n’arrivait toujours pas honorer sa mission. Cela même s’il avait mobilisé une nouvelle génération menée par les seuls rescapés de la précédente au nombre de 7 joueurs Youssef Chippo, Adil Ramzi, Rachid Benmahmoud, Abdeljalil Hadda, Salaheddine Bassir, Abdelilah Fahmi et le capitaine Noureddine Naybat. Cela n’avait certes pas aidé à réussi avec les nouveaux sélectionnés dont les gardiens de buts Abdelilah Bagui, Tarik El Jarmouni et Driss Benzerkri également retenu en compagnie des joueurs Akram Roumani, Abdeslam Ouaddou, Faouzi El Brazi, Tarik Chihab, Badr El Kaddouri, Nourdin Boukhari, Otmane El Assas, Youssef Safri, Gharib Amzine, Rabie El Afoui, Hicham Zerouali, Rachid Rokki…

Ces joueurs, dans leur grande majorité, vont s’éclipser par la suite, laissant leur place à de nouveaux venus et tous des professionnels d’Europe. Ce qui va replacer les Lions de l’Atlas sur la voie des victoires et offrir au Maroc une place de finaliste de la CAN 2004 en Tunisie vainqueur du titre (2-1) sur son sol.

Rachid Lebchir

Related posts

*

*

Top