3 questions à Farid Mezouar, directeur exécutif de flm.ma

Al Bayane : Quel est l’événement marquant de la semaine?

Farid Mezouar :En plus de l’entame de la saison d’annonce des résultats annuels, je retiens la présentation de la candidature du Maroc à l’organisation du Mondial 2026 par Moulay Hafid Elalamy lors du dernier Conseil du gouvernement.  Surtout, le  Chef du gouvernement, Saad Eddine Othmani,a annoncé  que le gouvernement  soutient le riche programme préparé par le Comité national de candidature.

Pourquoi un tel engouement pour l’organisation du Mondial?

Une compétition sportive majeure a un impact économique significatif sans parler de la mobilisation du pays. Ainsi, une étude scientifique confiée conjointement à l’organisme Keneo et le centre de droit et d’économie du sport de Limoges (CDES), a estimé que grâce à l’Euro 2016, la France a engrangé 1,2 Mrd d’euros. Aussi, pour les précédents mondiaux, l’impact a été estimé à un surplus de croissance du PIB de 0,2% par an autant en Afrique du Sud qu’au Brésil.

Qu’en est-il des marchés financiers?

Plus les chances du Maroc sont sérieuses, plus le marché obligataire peut connaître une tension, car la hausse des dépenses publiques va accélérer les levées du Trésor et donc peser sur la demande de cash. Aussi,  la Bourse peut bien se porter grâce à la croissance économique attendue en plus de la hausse de la demande adressée à certains secteurs côtés. A titre d’exemple, la Bourse de Sao Paolo avait pris 41% en 2007, l’année d’attribution de l’organisation de coupe du monde au Brésil.

Related posts

*

*

Top