Affaire «Samir» : l’Etat rassure le personnel

C’est un sentiment positif et d’optimisme qui s’empare des représentants du front syndical en charge du suivi du dossier de la crise de la Samir. La réunion qui eu lieu, jeudi à Rabat, entre Charki Drais, ministre délégué de l’Intérieur, et les membres du front syndical sur demande de la CDT, a donné plus d’assurance à ces derniers, qui se disent désormais confiants par rapport au rôle que va jouer l’Etat dans cette affaire.

Ce qui a été retenu en tout cas de cette rencontre, qui a connu aussi la participation des représentants du ministère des Finances et de celui de l’Energie et des mines, c’est la prise en charge sérieuse par l’Etat du dossier de la Samir. Selon des sources concordantes, c’est une question de souveraineté du Maroc que l’Etat devra gérer avec le groupe Corral. La résolution de la crise de la raffinerie de Mohammedia est une affaire nationale, a-t-on souligné.

Notre source confirme, par ailleurs, que les salaires et les droits acquis seront préservés et maintenus. La confirmation a été donnée lors de la réunion du 10 mars 2016. Néanmoins, ceci n’empêche qu’une deuxième marche sera maintenue ce samedi à l’appel du front syndical local de suivi de la crise de la Samir.

Pour rappel, le tribunal devra trancher, ce lundi 14 mars, sur l’affaire Samir. Tranchera-t-on pour un redressement judiciaire ou pour la liquidation ? De l’avis d’un analyste, le groupe Corral essaie de perturber le processus et demande le redressement judicaire, exigeant toutefois d’être partie prenante du processus et selon ses propres conditions.

Fairouz El Moudden

*

*

Top