Agadir de toutes les synergies !

Il est bien certain que la communauté de la capitale du Souss, toutes tendances réunies, a toujours fait montre de synergie lorsqu’ il est question d’intérêt général. Les valeurs de communion ancestrale, puisées de l’héritage collectif ont constamment pris le dessus sur les considérations réductrices, à travers le si long parcours de l’histoire.

A ce propos, on se rappellera le projet autour duquel tous les députés de la région tous courants politiques  confondus s’étaient rassemblés et mobilisés pour convaincre les services centraux de jadis à anticiper sur l’autoroute entre Marrakech et Agadir, avant même que celle-ci ne soit insérée pour de bon, dans le programme national des autoroutes.

Aujourd’hui encore, ce brassage interinstitutionnel, associatif et professionnel se met en évidence en vue de mener à bien le Plan Développement Urbain Agadir (PDU) dont les travaux se déchaînent tambours battants. On se contentera alors de se focaliser sur le secteur du tourisme, parent pauvre, jusqu’ici, de cet élan synergique tous azimuts.

En fait, quoique ce domaine soit de par son potentiel naturel et climatique, une  plaque tournante de l’économie régionale et, de ce fait, la cheville ouvrière de l’apport en termes de devises, il sombrait depuis belle lurette, dans les oubliettes accablantes de la part du département central de tutelle.

Cette même synergie qui avait réalisé des exploits par le passé, devrait, en principe animer tous les intervenants régionaux, en coordination avec les divers services du gouvernement, pour pouvoir prétendre au redressement de la chose touristique dans sa globalité.

Au côté du balnéaire qui a constitué le talon d’Achylle du secteur. Par ailleurs, il serait judicieux de se pencher aussi sur le tourisme culturel à même de préserver le cachet local, tout en considérant le tourisme de plein air comme une priorité á laquelle il va falloir se pencher.

Pour ce faire, il conviendrait de reprendre les conventions multipartites dans le but de faire contribuer toutes les parties concernées à la relance du tourisme régional, d’autant plus que des mesures qui paraissent à portée de main devraient d’abord, être abordées dans l’immédiat. Il va sans dire que cette synergie qui brillait de mille feux surtout par une note plutôt émotionnelle et nostalgique, se serait  caractérisée par un mea culpa général.

Un repentir collectif, mais aussi une confession sans appel, face aux gros grabuges qui ont accompagné le parcours du secteur, depuis fort longtemps. Pourvu que cet aveu solennel soit suivi pratiquement d’un beau « catharsis libératoire et purificatoire », comme prôné par Aristote, érudit philosophe de l’antiquité grecque. Cependant, au-delà de l’émotion et de la narration idéaliste, il n’y a qu’une seule issue de franchir ces embûches qui bloquent l’expansion du tourisme dans la région, c’est bel et bien l’action et le sérieux ! Il va alors devoir passer à l’action pour de bon…

*

*

Top