Al Bayane fête le 8 mars

Karim Ben Amar

C’est dans une ambiance joviale que l’Institution d’Al Bayane a célébré le lundi 8 mars, la fête de la femme. Dans le hall des locaux situés rue Benzert, non loin du rond-point de la Gironde, les camardes étaient réunis pour célébrer ce rendez-vous annuel universel. Consœurs et confrères ont profité d’un moment  de partage, mais aussi et surtout de militantisme, d’engagement et de solidarité. Ambiance.

La célébration du 8 mars a été fêtée en grande pompe le lundi dans les locaux d’Al Bayane, situés dans le mythique quartier casablancais de la Gironde. Dans une ambiance joyeuse, les camardes ont célébré cette fête hautement symbolique et militante.

Aicha Zoubir, employé de l’Institution d’Al Bayane, a déclaré que «cette fête symbolise l’émancipation de la femme, mais aussi l’égalité des sexes». Et d’ajouter «la femme contribue largement au développement du pays mais aussi au changement de mentalité».

«La femme marocaine travaille, milite, aide sa famille. Aussi, au Maroc, nous avons bien compris que le développent de notre pays passe par le sacrifice et les efforts des femmes », souligne-t-elle.

L’historienne de formation a affirmé que « depuis la nouvelle Moudawana entrée en vigueur en 2004, le royaume a fait de la promotion des droits de la femme, la condition d’une société démocratique moderne».

Quant aux origines de la célébration de cette fête militante, elle remonte au Maroc aux débuts des années 40, notamment à l’occasion de la constitution du Parti Communiste marocain en 1943. La question de la femme était au programme du PCM qui a toujours lutté pour les droits de la Femme dont, essentiellement, la célébration annuelle de la journée internationale de la femme.

En 1998, dans le premier gouvernement d’alternance, initié par feu Hassan II et présidé par feu Abderahmane El Youssoufi, le PPS avait mené un combat tenace pour faire passer le projet de réforme  de la Moudawana et jeta les premières bases du nouveau code de la famille adopté en 2004.

Culturellement et traditionnellement, dans le monde entier, la gauche a toujours été  l’instigatrice de cette fête désormais internationale. Pour rappel, la journée de la fête internationale de la Femme, a été initiée par la militante communiste Clara Zetkin.

Enfin, une vérité est prononcée par toutes les consœurs, mais aussi les confrères de la grande famille d’Al Bayane, «le 8 mars, c’est toute l’année».

Related posts

*

*

Top