Au chevet de la culture dans le Souss

La région Souss Massa se lance à brides abattues, à réhabiliter l’infrastructure de la culture, sous toutes ses formes. Mais aussi dans l’animation culturelle. Elle se met au chevet d’un secteur aussi vital que sporadique. Inutile de rabâcher toutes les déchéances qui l’ont affecté, par l’inachèvement de certains site, en particulier le conservatoire de musique ou en encore l’inadéquation d’autres complexes.

Récemment, on croit bien savoir que le conseil régional vient de procéder à l’acquisition de la fameuse Médina, avant que les prédateurs du foncier ne la transforme en projet. immobilier. Une bonne initiative qui consistera à valoriser renforcer ce volet de haute teneur artistique et divertissante.

Au-delà de tous les projets culturels qui lui tient tant à cœur, cette entité régionale s’attelle également à contribuer à l’animation du champ culturelle, à travers des séminaires, des sessions de formation, des spectacles ou encore des échanges.

Dans ce sens, elle vient aussi de tenir un atelier de haute importance autour de l’industrie du cinéma. Pour ce faire, elle y convie une pléiade d’intellectuels et d’expert en la matière pour mener un échange d’expertises dans le but de relever le secteur qui bonde de compétences. D’autant plus que la capitale du Souss abrite l’un des festivals thématiques prisés du royaume.

En effet, depuis déjà maintenant plus d’une décennie, le festival Agadir du cinéma et migration tisse une réelle tradition traitant les conditions des immigrés, les difficultés d’intégration, des problèmes de racisme et d’exclusion… Cette initiative régionale tend, en fait à motiver les mordus du cran écran et asseoir une culture cinématographique dans la région. Une manière salutaire de satisfaire tous les goûts et les attentes des jeunes, plus en plus pressantes.

Une tradition également qui vise à tendre des passerelles d’échange et de plaisir du cinéma entre les adultes  imbibés par la magie de l’image. Une belle occasion pour les étudiants, d’autant plus que l’université a toujours.

Et un lieu communication, de partage et créativité.La culture de cinéma que prône sans doute, le conseil régional, se veut aussi une occasion pour jeter la lumière sur des phénomènes qui continuent malheureusement à sévir dans notre société, en mettant à profit le succès acquis auprès du grand public et des médias pour les dénoncer et pour interpeller les responsables et la société sur ces phénomènes.

C’est autant dire, en définitive, qu’une Région citoyenne qui se respecte n’est pas seulement la construction des routes express ou encore le revêtement des chaussées et la mise en place des barrages collinaires, mais également et surtout forger et consolider l’esprit et la conscience de l’élément humain!

*

*

Top