Aziza Driouch, une adepte de la Pétanque qui a défié tous les stéréotypes

Aziza Driouch, une adepte de la pétanque et brillante sportive, a défié tous les stéréotypes pour confirmer haut la main son statut dans une discipline qui reste dominée par la gente masculine.

Native de Taza, Aziza Driouch, une joueuse de talent qui ne fait pas son âge (36 ans) est entrée de plain-pied dans la sphère de meilleures pratiquantes de pétanque à l’échelon national et aussi dans différentes échéances internationales, et ce grâce au soutien de son club de la ville spirituelle le Sporting club Fassi (SCF).

En dépit de ses conditions sociales modestes, l’élue du SCF a le mérite d’avoir imposé une place au sein d’un sport dominé par les hommes. Une femme dont la passion pour la pétanque a été forgée au fil des partis et des concours auxquels elle participait régulièrement sous les couleurs bleus de son club.

D’ailleurs, Aziza ne cache pas le fait de devoir sa réussite et ses multiples succès au Sporting club fassi dont la section pétanque accorde un grand intérêt à la promotion de ses adhérentes. Elle a, dans ce contexte, rappelé qu’il y’a deux ans, le 1er tournoi international de pétanque réservé aux femmes avait eu lieu dans l’enceinte du SCF et a enregistré une brillante prestation des joueuses pratiquantes marocaines.

Portant son survêtement aux couleurs nationales, elle relate avec enthousiasme et fierté, dans un entretien accordé à la MAP, son expérience et son parcours sportif. Au niveau international, elle a participé à la Coupe des nations organisée en 2013 en France en tant que coach et joueuse aux côtés de ses compatriotes Karima Rhariz, Hajar Zay et Latifa Ouaba, sociétaires respectivement des clubs d’Essaouira (ligue Tensift), Béni-Méllal (ligue Oum Rabie) et Stade Marocain de Rabat (Ligue Centre).

Au début de l’année qui s’achève, Driouch a pris part à l’échéance internationale de Bangkok en Thailande où elle s’est distinguée en individuel dans l’épreuve de Master. Récemment à Huelva en Espagne, en doublette en compagnie de Najat Daoudi (Tanger) de la ligue du nord, Aziza Driouch a accédé en demi-finales et représenté dignement le Royaume, après avoir damé le pion avec sa compatriote à de grandes pratiquantes de la pétanque, venues de différents pays.

Toujours en Espagne, elle a été invitée à prendre part à un championnat local qui s’était déroulée en 2014 dans la ville d’Almeria (sud) où elle a remporté avec brio le championnat.

Au niveau national, Aziza Driouch confirmait toujours son statut et figurait dans les trois premières places. Elle a ainsi enlevé le titre de la Coupe Hassan II (dames) organisée en 2010 à Ifrane, ainsi que les championnats (triplette) de 2012 et 2014. Dans les concours de la précieuse Coupe du Trône, elle avait terminé vice-championne en 2014.

Rebelle contre toutes les formes d’injustice et d’exclusion, elle appelle les différentes ligues ainsi que la Fédération royale marocaine de pétanque à ne ménager aucun effort pour donner corps à cette discipline pratiquée par les hommes plus que par la gente féminine. « les responsables de cette discipline sont acculés à donner un nouvel élan à la pétanque, à travers notamment la mise en place d’un calendrier réservé aux compétitions féminines au niveau de toutes les ligues », a-t-elle affirmé.

Femme au riche palmarès sportif, Azia Driouch compte plusieurs titres qui la mettent légitimement sur la scène de pétanque. Son souci constamment affiché est de faire toujours mieux pour assurer son bonheur et pour la discipline qu’elle aime. Une ambition qui force le respect et l’admiration, pourvu qu’au niveau de son club et de la Fédération Royale marocaine de pétanque l’on tient compte pour améliorer le statut social de cette battante championne.

Mohamed El Kansouri

*

*

Top