Brexit: Theresa May jette l’éponge…

«Il est maintenant clair, pour moi, qu’il est dans l’intérêt du pays qu’un nouveau Premier ministre dirige cet effort. Aussi, j’annonce aujourd’hui que je vais démissionner de mes fonctions de dirigeant du Parti conservateur et unioniste le vendredi 7 juin». Tels furent, ce vendredi 24 mai, les propos prononcés par une Theresa May au bord des larmes regrettant profondément «de ne pas avoir été capable de mettre en œuvre le Brexit».

N’étant donc pas parvenue à faire adhérer à sa vision de la sortie de l’Union Européenne une classe politique profondément divisée sur la question et à faire adopter, par la Chambre des Communes, l’accord accepté par le gouvernement britannique, Theresa May, 62 ans, n’a donc plus d’autre choix que celui de se retirer et de laisser à quelqu’un d’autre la lourde tâche de prendre, à bras-le-corps, l’épineux dossier du Brexit et ce, soit en renégociant un nouvel accord avec Bruxelles  soit en optant pour une sortie sans aucun arrangement et les mains dans les poches.

Et si la Première ministre se doit d’assurer la transition jusqu’au 20 juillet, date à laquelle les 100.000 membres du Parti Conservateur se choisiront un nouveau leader, ils sont déjà huit prétendants à se bousculer au portillon pour pouvoir accéder au poste de chef du gouvernement de Sa Majesté la Reine à l’issue d’une lutte qui s’annonce serrée et qui durera deux mois.

Ci-après, les profils des huit prétendants qui, pour l’heure, ont «déposé» leurs candidatures :

1-Boris Johnson :

Le premier d’entre eux et le favori reste Boris Johnson. Ancien maire de Londres et ancien ministre des Affaires étrangères avant sa démission en Juillet 2018, Boris Johnson qui se prépare à prendre les rênes des «Tories» ne s’est pas privé, après avoir quitté le gouvernement de Theresa May, de tirer à boulets rouges, dans une tribune hebdomadaire du «Daily Telegraph»,  sur la manière de cette dernière de gérer le Brexit puis de déclarer, lors d’une conférence économique en Suisse, que le Royaume-Uni quittera «l’UE le 31 octobre, accord ou pas».

2-Matt Hancock :

Samedi, ce fut au tour de Matt Hancock, actuel ministre de la Santé et ancien ministre du Numérique dans le gouvernement de Theresa May, d’annoncer, sur les ondes de la BBC, son intention de succéder à cette dernière. Député de la circonscription de West Suffolk (est de l’Angleterre), ce dernier est contre une sortie de l’U.E. sans accord.

3-Jeremy Hunt :

Un autre prétendant est Jeremy Hunt, 52 ans, qui fut membre du cabinet de David Cameron et qui, dans le gouvernement de Theresa May, avait remplacé Boris Johnson au ministère des Affaires étrangères après avoir quitté son poste au ministère de la Santé. Ardent défenseur de l’unité du parti conservateur, il avait voté contre le Brexit en 2016.

4-Esther McVey :

Ayant intégré, en Janvier 2018, le cabinet de Theresa May en tant que ministre du Travail et des Retraites, Esther McVey, qui a démissionné en Novembre dernier pour dénoncer la gestion du Brexit, vise aussi le poste de Première Ministre. Elle a déclaré, dimanche, qu’avec ou sans accord, le pays devra quitter l’UE le 31 Octobre prochain.

5-Rory Stewart :

Bien qu’ayant toujours fait partie de l’équipe de Theresa May et ayant même été nommé à la tête du Ministère du Développement international, cet ancien diplomate qui avait milité contre le Brexit en 2016 en étant opposé à une sortie de l’UE «sans accord», entend succéder à la  première ministre. Mais, soucieux de «rassembler» le pays, Rory Stewart serait prêt à changer son fusil d’épaule pour  «penser à ceux qui ont voté contre (le Brexit)» a-t-il déclaré à la BBC.

6-Dominic Raab :

Ancien ministre du Brexit ayant quitté l’équipe de Theresa May pour dénoncer la stratégie, allant à l’encontre des intérêts des Conservateurs, adoptée par cette dernière, Dominic Raab, 45 ans, qui reste le principal adversaire de Boris Johnson, serait prêt à accepter une sortie de l’UE sans accord même s’il avait toujours soutenu l’exigence d’un arrangement.

7- Michael Grove :

Du haut de ses 51 ans, cet ancien ministre de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales avait constitué, avec Boris Johnson, les deux principales figures de la campagne du « Leave » pour le référendum pour le Brexit.  Candidat malheureux à la succession de David Cameron, après avoir soutenu la candidature de Boris Johnson à la tête du parti, l’homme entend bien, cette fois-ci, succéder à Theresa May.

8- Andrea Leadsom :

Ministre pro-Brexit chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, qui vient à peine de quitter le gouvernement de Theresa May dénonce, avec force, le fait que trois années après le référendum sur le Brexit, le pays soit encore membre de l’Union Européenne et, à ce titre, soutient, une sortie de l’UE, le 31 octobre prochain, avec ou sans accord.

Lequel de ces candidats aura les faveurs des Conservateurs après une lutte qui s’annonce serrée ? Attendons pour voir…

Nabil El Bousaadi

*

*

Top