A vrai dire articles

Se relever de l’imposture électorale!

Se relever de l’imposture électorale!

A l’exception du PAM qui a connu une montée vertigineuse et du PJD qui a substantiellement progressé en termes de sièges, tous les autres partis les plus représentatifs en ont perdu énormément. C’est tout de même trop pour un fait de hasard! En effet, le PI, le RNI, le MP, l’USFP, l’UC et le PPS,

Une page est tournée!

Les élections 2016 viennent de clore leur déroulé. Les dés sont jetés et authentifient, comme attendu, un certain statuquo, à des différences près, sur la configuration de la nouvelle carte électorale nationale dont la disposition hiérarchisée demeure globalement analogue à sa précédente. Aussi bien les libéraux islamiste que makhzénien se hissent respectivement au dessus du

Vers un parlement fort et édifiant!

Dans toutes les régions du pays, le PPS, à travers ses militantes et ses militants, mène, comme à l’accoutumée, une campagne propre, sérieuse et enthousiaste. Avec des moyens limités, mais une volonté engouée, il sillonne les artères des villes et les sentiers des patelins pour faire parvenir aux populations sa voix limpide comme l’eau de

Un Maroc juste et solidaire!

Après avoir présenté le bilan de son mandat, relatif aux secteurs dont il avait la charge au sein de l’actuel exécutif, le PPS, comme à son accoutumée a rassemblé les médias, mercredi dernier, pour annoncer son programme électoral. Une tradition continue qui traduit, une fois n’est pas coutume, son profond respect vis-à-vis du peuple, quand

Les à-côtés de la pratique politique nationale

L’étape que traverse actuellement notre pays est cruciale. Certes, on se préoccupe beaucoup plus de la situation sociale critique qui ne cesse de prévaloir au sein des larges des souches déshéritées. Cependant, on se soucie encore plus de la déchéance qui taraude la pratique politique, en particulier au niveau du mécanisme électoral entaché d’irrégularités flagrantes.

Le péril d’une marche manipulée

Qui est derrière le mouvement de dimanche dernier à Casablanca? Le département de l’intérieur s’en lave les mains et ne veut rien savoir! Qui d’autre a pu faire cela, à l’improviste et en pleine préparation de l’échéance électorale ? Ce n’est pas tout de même, un coup de démon ou de fantôme! C’est bel et bien

La perversion électorale!

A l’approche des élections, la fièvre des artificiers de la dépravation gambade dans les milieux populaires. Elle se faufile dans les quartiers et les douars, épaulés par les multiples agents de l’autorité dont les instructions sont prescrites sur leurs petits calepins froissés. Les points de «négoce» avec les barons et les médiateurs sont déjà déterminés,

Poursuivre la génération des réformes!

L’explosion fulgurante du PJD, lors des législatives du 25 novembre 2011, avait été très attendue, du fait de la convergence de nombre de paramètres aussi bien internes qu’externes. Tout d’abord, il n’était pas à exclure, dans le contexte contaminant, le désir des marocaines et des marocains de donner confiance à un nouveau postulant à la

Top