Centrale Danone au cœur d’une crise sociale

Depuis le 13 juillet 2017, les approvisionnements en lait et ses dérivées sous la marque Centrale Danone ne sont plus assurés à Casablanca. Les chauffeurs dénoncent la violation de certains droits salariaux.

«Nous protestons contre la nouvelle organisation décidée par la direction de Centrale Danone et qui aurait pour conséquence une baisse de salaire allant jusqu’à 50%», nous déclare Jebbar Mustapha, secrétaire général du Bureau syndical. Et de préciser: «Nous nous opposons donc au changement de notre statut en tant que personnel contractuel». En effet, les employés en grève estiment qu’ils perdaient des avantages en devenant des vendeurs conventionnels au lieu des chauffeurs vendeurs.

Pourquoi ? Parce que le nouveau statut, comme expliqué par les syndicalistes, stipule que la rémunération à la commission ne correspondra plus à un pourcentage sur le chiffre d’affaires réalisé par jour. Dorénavant, le versement de la commission est indexé à des objectifs qualitatifs et quantitatifs définis par la société. Notons que la grève concerne également Rabat-Salé et Tanger.

De son coté, Meriem Alaoui, responsable communication de Centrale Danone nous explique : «Ce changement de statut rentre dans le cadre d’un plan de transformation mis en place par notre entreprise. L’objectif étant de retrouver la profitabilité tout en garantissant les droits des salariés. Ces derniers étaient au courant de ce projet et avaient bénéficié d’un accompagnement pendant 4 mois. En plus, ce plan a été signé par la commission syndicale».

Et de poursuivre : «Nous avons déjà appliqué les nouvelles mesures du plan de transformation dans d’autres villes notamment Chefchaouen. Il s’est avéré que c’est un modèle qui réussit puisque les chauffeurs ont vu leurs salaires grimper de 12%». Par ailleurs, les responsables disent qu’ils sont conscients de la nécessité d’établir le dialogue social conformément au Droit du travail.

Cette grève pourrait déclencher une crise du lait dans les villes concernées. En effet, la filiale du géant laitier français approvisionne en lait et produits dérivés 60% du marché marocain. Toutefois, Centrale Danone se montre rassurante sur la disponibilité des produits sur les points de vente. «Notre activité continue sur Casablanca. Jusqu’à aujourd’hui, nos produis sont disponibles sur le marché», conclut Meriem Alaoui.

Kaoutar Khennach

Related posts

*

*

Top