Ces jeunes vidéaste et photographes qui cartonnent ici et ailleurs 

Le 12 août, les jeunes du monde entier célèbrent leur journée internationale. Pour cette année, la journée se focalisera sur la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Dans le domaine de l’art et de la culture, au Maroc un bon nombre de jeunes artistes talentueux cartonnent ici et ailleurs et contribuent au développement de leur société à leur façon : à travers l’art bien évidement.

En effet de nouvelles formations et expressions artistiques donnent une ampleur à l’art marocain sur toutes ses facettes et mettent le doigt sur certaines questions auxquelles fait face la société et les jeunes d’aujourd’hui.

Dans cet esprit des photographes et vidéaste ont pu mettre le pied dans le domaine artistique mondial. Dans ce cadre nous songeons à une figure de proue de l’art plastique et de la photographie Mounir Fatmi.

Les travaux de ce jeune artiste talentueux né en 1970, qui   partage sa vie entre Paris et Tanger, constituent un tissu de sens et un jardin de significations profondes. En outre ces œuvres invitent à réfléchir à se poser des questions sur certaines idées religieuses, idéologiques, et fins d’une société liquide et consommatrice. L’idée de la mort et des étant dans la vie de l’humain sont au centre également de la conception artistique de l’artiste.

Par  ailleurs ses travaux ont fait  le tour  des  cimaises des prestigieuses galeries mondiales dans le  cadre des expositions collectives ou individuelles notamment au Migros Museum für Gegenwarskunst, Zürich, au Musée Picasso, à la Fondazione Collegio San Carlo, Modena, à la Fondation AK Bank d’Istanbul, au Museum Kunst Palast de Düsseldorf et au MMP+ de Marrakech et  bien d’autres.

Un autre jeune artiste Mustapha Akrim qui brillera dans le ciel de l’art national et international. Né Né en 1981, le lauréat de l’Institut national des beaux-arts de Tétouan en 2008, Mustapha Akrim verse un sang social et politique dans ses œuvres. c’est à travers de ses peintres  et  calligraphies  que  l’artiste véhicule ses idées et  sa vision vis à  vis  d’une société en mutation. Il fallait attendre l’année de 2011 lors de sa première exposition personnelle intitulée «Article 13″, présentée à l’Appartement 22 que le grand public découvrira son talent. Les questions des jeunes occupent une place prépondérante dans l’âme de ses travaux, ainsi que celles du chômage et du travail.

Le jeune artiste Mohamed Arejdal tisse une relation avec l’autre à travers ses installations, vidéos et photographies. Ce sont ainsi des relations interhumaines qui ont été remises en questions par le crible de l’art. Les admirateurs de son art se rappelleront sûrement de son œuvre «Âobour», un travail qui a été réalisé de chutes de tissus récoltées lors de sa traversée du Maroc, de la Mauritanie et du Sénégal. Une œuvre dont l’artiste questionne le concept de pays et de territoire humain.

De même le jeune artiste Khalil Nemmaoui s’est intéressé tôt à l’art   photographique.  Ainsi dans les années 90, l’aristé y intègre le champ artiste en exposant Fragments d’Imaginaire. C’est en 1999 Khalil Nemmaoui a été sélectionné pour prendre part   à l’Année du Maroc en France et il publie en 2000 un portfolio sur la Revue Noire. Il présentait ses travaux à la Biennale Photoquai au Musée du Quai Branly et à Paris Photo au Carrousel du Louvre en 2009.

Un autre talent mentant dans les domaines de la peinture et de la photographie. Il s’agit du jeune Ahmed Bennani. L’enfant  prodigue de  la  ville de Fès à développer un langage artistique profond et poétique à la fois. Ses travaux ne manquent pas de sensibilité et interrogèrent de certaines pratiques et doxa de la société. La femme occupe une place majeure dans ses œuvres. Un artiste singulier à découvrir.

Mohamed Nait Youssef

*

*

Top