Chamakh : une fin de saison qui ressemble à une fin de carrière

La série noire continue pour Marouane Chamakh, ancien international marocain des Lions de l’Atlas. En difficulté depuis son atterrissage en Angleterre il y a quatre ans, Marouane Chamakh continue sa longue traversée du désert en Premier League. Et cela ne va pas s’arranger même au sein d’une équipe réserve de Cristal Palace. Car Chamakh venait subir une vilaine blessure, déchirure au niveau des ligaments. Ce qui le contraint à raccrocher les godasses du moins jusqu’à la fin de saison. C’est tellement dur pour un Lion en fin avec son club londonien qui ne pense d’ailleurs pas le reconduire.

Avec 10 modestes matches en Premier League et une seule titularisation en décembre dernier face à Swansea… le bilan de MarouaneChamakh sous le maillot de Crystal Palace ne peut guère donner satisfaction, cette saison. Surtout que depuis son arrivée au club en 2013, l’attaquant marocain se trouve dans une courbe descendante. Il est en méforme et en baisse de vitesse, d’une saison à l’autre. Sa titularisation était toujours en cause. Il n’a fait que 23 apparitions dans le Onze de départ à sa première année, 15 par la suite et le pire cette saison avec seulement un match en tout et pour tout.

Et un malheur ne vient jamais seul. La situation de Chamakh allait devenir plus compliquée pour cause d’une blessure, la semaine écoulée lors d’un match disputé par l’équipe réserve des Eagles face à Colchester United, duel sanctionné par une défaite de Palace défaite 2-1.

Remplacé après une heure de jeu,Chamakh a été touché dans les adducteurs. C’est une terrible souffrance pour lui qui n’a pas été épargné par les blessures dont celles subies au cours de la première partie de saison. C’est vraiment dommage pour Chamakh, cet attaquant qu’n’a d’ailleurs pas marqué depuis 10 mois.

L’avenir de Chamakh au sein du club anglais semble donc bien sombre. L’équipe de Palace qui patauge en bas du classement de Premier League (15e) ne semble pas disposée à lui offrir un nouveau contrat, alors que son bail expire à l’été prochain.

Il parait que Chamakh se dirige vers un tournant clé dans son parcours. Reste à savoir maintenant quel virage il prendra…

Quoi qu’il en soit, et à 32 ans, un joueur de football ne peut pas donner ce qu’il réalisait auparavant. Généralement c’est rare qu’on voit un joueur continuer sur sa lancée après 10-15 ans de matches compétitifs de haut niveau.

Marouance Chamakh l’a fait depuis le début de sa carrière en France et notamment chez son club d’adoption, les Girondins de Bordeau qu’il aintégré son centre de formation à 16 ans avant de briller pendant 8 ans, de 2002 à 2009.Dans cette période,Chamakh a remporté 5 principaux titres (2 Coupes de la Ligue en 2007-2009, et autant du Trophée des champions en 2008-2009, en plus de champion de France en 2009). Il a été également deux fois finaliste avec Bordeaux qui allait quitter en 2010 pour découvrir l’autre monde professionnel en Angleterre. Il a rejoint Arsenal en 2011au sein duquel il a joué jusqu’à 2013 puis West Ham pendant une année avant de retrouver Crystal Palace durant 3 saisons (2013/2014, 2014/2015 et 2015/2016).

Mais les beaux souvenirs de Chamakh restent en France et surtout en équipe nationale où il a bien confirmé la confiance placée en lui par BaddouZaki, l’ancien sélectionneur. Chamakh l’a confirmé de la plus belle manière quand il avait juste 20 ans. Ce fut en 2004 quand il faisait les beaux jours des Lions de l’Atlas avec les quels il s’est qualifié en finale de la Coupe d’Afrique des Nations difficilement remportée par la Tunisie sur son sol (2-1). Chamakh qui fut l’un des meilleurs buteurs de cette CAN avait marqué de beaux buts dont celui qui a donné l’égalisation contre l’équipe d’Algérie. Ce fut le but qui a marqué l’esprit de Chamakhet des Lions de l’Atlas sauvés aux derniers moments de la rencontre avant la victoire finale dans les prolongations (3-1) grâce aux autres buts de Youssef Hajji et Jawad Zaïri.Ce qui a ouvert grande la porte au Maroc qui est allé dominer le Mali (4-0) en demi-finale et retrouver ladite finale remportée par la Tunisie.

Chamakh qui a commencé à s’intéresse à la sélection marocaine lors de son parcours en Coupe du monde 1998 a vu juste d’opter pour l’équipe de son pays d’origine. En 2003, il était avec l’équipe de France des 19 ans qui préparait le championnat d’Europe des espoirs. Mais au même moment il a reçu sa convocation avec l’équipe A du Maroc. Ses parents lui ont laissé le choix et Chamakh s’est vite rendu au Maroc. Ses deux premiers buts avec les Lions de l’Atlas ont été inscrits contre Trinité-et-Tobago en 2003 lors des éliminatoires de la CAN 2004. C’est ce parcours là qui restera inévitablement le meilleur pour Chamakh avec une place de finaliste même si c’est dur de se remettre d’un tel échec devant la Tunisie dans son fief à Radès.

Le mauvais souvenir pour Chamakh reste l’élimination de la Coupe du monde 2006 lors du dernier match face à la même équipe de Tunisie, alors que l’équipe du Maroc tenait son billet à un quart d’heure de la findu match sanctionné d’un nul (2-2). Si les Lions de l’Atlas avaient leur destin entre les mains, les Aigles de Carthage n’avaient besoins que d’un nul pour faire l’essentiel.

Depuis lors, Chamakh n’allait pu rebondir avec l’équipe nationale qui, elle aussi, n’a rien réussi ni en CAN ni au Mondial où elle est toujours à la rechercher de la qualification depuis la Coupe du Monde 1998 en France…

Voilà en bref le parcours de Chamakh, un Lion qui est aujourd’hui en fin de saison si on ne veut pas dire qu’il est en fin de carrière.

Rachid Lebchir

*

*

Top