Coca Cola va-t-il si mal?

La marque historique de boissons gazeuses serait sur le point d’opérer une restructuration de sa structure industrielle au Maroc. Pour l’instant, aucune information et aucune précision ne filtrent sur cette opération, mais les spéculations vont bon train sur la ou les composantes industrielles qui seraient touchées par cette restructuration.

Coca Cola va-t-il réduire le nombre d’embouteilleurs au Maroc, qui sont actuellement au nombre de trois (North Africa Bottling Company, Atlas Bottling Company et la Société des boissons Gazeuses de Souss) ? Ou va-t-elle plutôt amener ses embouteilleurs à réduire leurs lignes de production ? La question reste posée.

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise d’Atlanta procède à une restructuration. En 2014, Coca Cola avait annoncé la fermeture de quatre de ses usines en Espagne. En France, le groupe a supprimé en 2017, plus de 128 postes suite à la baisse de ses ventes.

Comment Coca Cola en est arrivé là? Parmi les raisons principales de cette éventuelle restructuration au Maroc, on retrouve la baisse de la consommation de soda qui persiste depuis plusieurs années déjà et qui a rongé les ventes du groupe. Les différentes campagnes de sensibilisation ont poussé les consommateurs à prendre conscience de l’impact des boissons gazeuses sur la santé, notamment dans l’expansion du diabète et de l’obésité. Une autre raison vient s’ajouter à cette dernière. Il s’agit de l’évolution de la TIC sur les boissons sucrées au niveau de la loi de finances 2019. Mise en application depuis le 1er janvier de cette année, la taxe de consommation (TIC) varie dorénavant entre 15 dirhams et 600 dirhams au lieu de 10 dirhams et 500 dirhams l’hectolitre.

Il faut dire que cela n’arrange pas les affaires des industriels. Selon le cabinet Nielsen, le marché des boissons gazeuses a chuté de 11,7% à fin septembre 2018 par rapport à l’année précédente. Le volume des ventes est d’ailleurs en chute libre depuis 4 ans (2015-2018). Durant cette période, il a enregistré une baisse de plus de 35%, soit 10% environ par an.

Depuis, les grandes entreprises du secteur tentent de diversifier leurs portefeuilles de produits pour faire face à cette guerre menée contre le soda. Ils ont donc opté pour des produits tels que l’eau ou encore les boissons bio. C’est notamment le cas de Coca Cola, qui a lancé il y a quelque temps le thé glacé Fuze Tea, la marque bio Honest, les boissons végétales sous la marque AdeZ, etc. Au Maroc, le géant des boissons gazeuses a entamé sa diversification en intégrant sur le marché, en 2000, sa marque d’eau de table Ciel qui couvrait 6% du marché en 2017.

Soumayya Douieb

*

*

Top