Communiqué du Bureau Politique du PPS

Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme a tenu sa réunion périodique mercredi 2 septembre 2020 pour débattre de diverses questions inscrites à l’ordre du jour et a exprimé ce qui suit :

  • Il a débattu de la situation inédite que connaît le monde,  et notre pays de manière particulière, du fait de la pandémie Covid-19 et de ses répercussions mondiales sur les plans sanitaire, humain, psychologique, économique, social, politique et éducatif. Il considère que le succès de la lutte contre cette pandémie dans ses différentes manifestations sur le plan national reste tributaire, comme l’a souligné le récent discours Royal, de la mobilisation nationale totale, de la mise en mouvement des énergies et de l’exploitation de toutes les capacités du pays dans tous les domaines.
  • Réitère son appel ardent et sincère à toutes les composantes du peuple marocain, face à la multiplication des cas de contaminations et de décès dus à l’épidémie de la Covid 19, à respecter pleinement les mesures de prévention sanitaire décidées, à s’astreindre strictement aux règles de vigilance et de prudence afin d’éviter à notre pays les pires scénarii d’évolution de la situation épidémiologique, comme l’a d’ailleurs souligné le bureau politique avec force, dans son communiqué du 20 août, à l’occasion de la commémoration de la révolution du Roi et du peuple. Le bureau politique appelle le gouvernement à prendre les mesures nécessaires à un meilleur accueil et suivi dans les hôpitaux ainsi qu’à accroître le nombre des tests pour une détection précoce des cas.
  •   Considère que les circonstances difficiles que vit notre pays imposent plus que jamais, de la part du gouvernement, une forte présence politique, un sens aigu de la communication et une grande efficacité dans la gestion de l’épidémie, tout à l’opposé de ce que nous constatons dans la pratique gouvernementale caractérisée par une communication effacée et une présence timorée, une confusion manifeste dans les prises de décision lors de la deuxième phase de l’épidémie; outre le refus persistant d’engager le débat public à ce sujet et la faible capacité manifeste à mobiliser et à sensibiliser les citoyens et à assurer leur participation ainsi que l’utilisation limitée des médias publics et privés pour contrecarrer l’épidémie et ses conséquences. Dans ce contexte, le bureau politique insiste sur l’impérieuse nécessité d’un haut niveau de transparence dans la passation des marchés liés à la lutte contre l’épidémie.
  • Tout en comprenant les difficultés objectives de la gestion de la rentrée scolaire et universitaire dans les conditions épidémiologiques actuelles, dans la mesure où toutes les approches envisageables comportent à la fois des aspects positifs et des aspects négatifs voire des risques sérieux, le bureau politique estime qu’il était possible de réunir les conditions d’une rentrée réussie, au moins relativement, si le gouvernement avait, pendant les mois de juin, juillet et août, adopté une démarche de préparation fondée sur la participation effective de tous les acteurs (syndicats, partis, enseignants, personnel administratif, experts et spécialistes, étudiants, élèves, associations de parents, société civile) à travers un large débat public, relayé largement par les médias. Ceci aurait permis de faire émerger des approches qui, à défaut d’être idéales, auraient bénéficié de l’adhésion de l’opinion publique, contrairement à la situation actuelle marquée par la confusion et les tergiversations dans la plupart des établissements d’enseignement, tant publics que privés, situation dont pâtissent également les familles. Dans tous les cas , le gouvernement est appelé instamment à accompagner et soutenir les familles à travers la généralisation de l’accès à internet et aux outils pédagogiques (tablettes, smartphone et autres), outre la mise à disposition gratuite des masques et des moyens de désinfection pour tous les élèves en présentiel. Dans ce contexte, le bureau politique salue chaleureusement l’ensemble du personnel de l’éducation et exprime le souhait que leurs inestimables efforts pour encadrer l’année scolaire soient couronnés de succès.
  • A la lumière des décisions fortes annoncées par Sa Majesté dans le discours du Trône pour soutenir l’économie nationale par la création d’un fonds spécial à cette fin, le bureau politique insiste sur le fait que le gouvernement doit prendre des mesures volontaristes et audacieuses pour la relance des secteurs économiques sinistrés et sauver les entreprises en difficulté menacées de faillite ainsi que pour développer l’investissement public et ainsi, sauvegarder les moyens de production et les emplois, en s’éloignant des approches étroitement comptables et frileuses qui ont caractérisé la loi des finances rectificative.
  • Dans ce cadre, et compte tenu des incidences sociales néfastes et susceptibles de s’aggraver de l’épidémie, le bureau politique appelle le gouvernement à renforcer les mesures positives prises sur le plan social et, à cet égard, salue hautement la décision royale de lancer le chantier de la généralisation de la protection sociale pour l’ensemble des marocains et des marocaines dans un délai de 5 ans, mesure que n’a cessé de revendiquer notre parti à travers tous ses documents de référence et, notamment, dans ses propositions récentes concernant l’après – Covid. La situation exige également la multiplication des efforts pour sauvegarder les emplois, préserver les revenus et défendre le pouvoir d’achat des diverses couches sociales de notre peuple. Par ailleurs, en rapport avec la nouvelle saison agricole, le bureau politique appelle à donner une importance cruciale aux mesures d’appui aux petits paysans en particulier, pour la préparation de cette saison qui intervient dans une conjoncture très difficile.
  • Considère que les aspects économiques et sociaux évoqués ci-dessus, pour atteindre les objectifs escomptés, doivent être portés par une pratique politique saine qui renforce la démocratie et élargit l’espace des libertés individuelles et collectives ; ce qui permettra de restaurer la confiance, de réhabiliter la crédibilité des diverses institutions politiques et créera un climat attractif propice à une participation positive à la vie publique. A cet égard, il appelle à poursuivre la démarche de concertation constructive pour la préparation des élections en s’attachant pleinement à faire des prochaines échéances une nouvelle étape du processus de la construction institutionnelle et démocratique nationale.
  • Tout en réaffirmant ses positions constantes vis-à-vis de la question palestinienne et des droits nationaux légitimes intangibles du peuple palestinien, renouvelle son appui total à la décision indépendante des institutions palestiniennes habilitées, institutions qui ont exprimé leur refus des dernières évolutions, dont  «le marché du siècle»  et les mesures d’annexion, ainsi que tout pas  vers la normalisation avec l’Etat d’Israël sans que ceci ne soit accompagné d’un progrès vers la réalisation des droits du peuple palestinien ; d’autant que ces évolutions s’accompagnent d’une volonté d’en finir avec ce qui reste de souveraineté palestinienne, déjà limitée, en contradiction flagrante avec la légalité internationale fondée sur la perspective d’une solution à deux Etats.
  • Pour ce qui est du programme d’action du parti, le bureau politique appuie les diverses initiatives communes des partis d’opposition et réitère son appel à toutes les structures du parti et à ses organisations parallèles pour une participation substantielle dans les campagnes de sensibilisation aux risques liés à l’épidémie de la Covid 19 et leur engagement effectif dans la préparation des prochaines élections. De même, le bureau politique engage la préparation de l’université annuelle du parti et a pris une série de mesures organisationnelles relatives notamment à la préparation du congrès national du Forum de la Parité et de l’Egalité «et à la dynamisation des structures du parti sur tous les plans, en  symbiose avec les attentes et les préoccupations des citoyens et citoyennes».

Related posts

*

*

Top