Communiqué du bureau politique du PPS

Le PPS dénonce toute atteinte à l’islam sous prétexte de la liberté d’expression

Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme a tenu, mardi 27 octobre 2020, sa réunion périodique, au début de laquelle il a examiné les tenants, aboutissants  et remous que suscite en France et ailleurs le crime odieux commis par un extrémiste terroriste à l’encontre d’un enseignant français, sur fond de publication acharnée des caricatures portant outrage à l’Islam.

A ce propos, et partant de son référentiel démocratique, progressiste et humaniste et sur la base de son opposition intellectuelle, politique et concrète contre le terrorisme, quelles qu’en soient la source et les manifestations, le Parti du Progrès et du Socialisme condamne, dans les termes les plus vigoureux, l’acte terroriste odieux dont a été victime l’enseignant français Samuel Paty. Dans le même temps, le PPS condamne avec force l’obstination porter atteinte à la religion musulmane sous le prétexte de liberté d’expression. Celle-ci ne saurait jamais donner, aucunement, à quiconque le droit de traiter avec mépris les croyances des autres, d’offenser leur sacralité, de provoquer leurs ressentiments collectifs et d’attaquer de manière raciste leur identité.

Tout en exprimant ces positions, le Parti regrette profondément que cette question, en tant que valeur sensible, soit instrumentalisée de la part de nombreux milieux, à l’intérieur et à l’extérieur de la France, de manière politicienne et électoraliste inadmissible. Cela engendre des positions racistes à l’égard de millions de Français et de migrants musulmans ; et ce à un moment où l’on attendait des directions politiques et des faiseurs d’opinion de faire preuve de la maturité et de la sagesse requises, en harmonie avec le devoir d’attachement et de défense des nobles valeurs humaines et universelles que sont notamment la rationalité, la tolérance, la coexistence et le vivre ensemble entre les peuples, les cultures, les religions et les civilisations. Ce sont ces valeurs qui doivent être adoptées de manière principielle et ferme, au profit de tous et dans toutes les circonstances, loin de toute sélectivité ou discrimination.

Dans ce contexte, le bureau politique exprime son rejet catégorique de la tournure prise par cette question en France, avec un penchant avéré d’adopter des approches qui ouvrent la voie à l’ancrage jamais atteint du racisme, du chauvinisme et de la xénophobie, dans un pays qui a longtemps incarné un modèle universel de tolérance, de liberté, de vivre-ensemble, d’ouverture et de respect de toutes les religions et les cultures.

C’est pourquoi, le Parti du Progrès et du Socialisme appelle à faire preuve de sagesse, de maturité et de retour à la raison en veillant surtout à ne pas faire l’amalgame entre l’Islam et le terrorisme et à éviter les jugements généralisés qui font de « tout musulman un terroriste potentiel ». Le PPS appelle aussi la retenue et au dépassement de toutes les réactions susceptibles d’attiser davantage la situation et la tension, qui, en fin de compte, ne profite à personne.

Par ailleurs, le bureau politique a pris connaissance de l’état d’avancement de l’examen du projet de Loi de Finances 2021 à la Chambre des représentants. A cette occasion, il a réaffirmé ses positions déjà rendues publiques quant à l’incapacité manifeste du projet à apporter des réponses satisfaisantes aux aspirations de l’entreprise, des salariés, des différentes catégories et professions dans le cadre des répercussions dévastatrices de la pandémie de la Covid-19. Le bureau politique a également félicité les parlementaires du parti pour les grands efforts qu’ils déploient au cours de la discussion du projet, aussi bien au niveau de la critique constructive et objective de son contenu ou au niveau de la présentation des alternatives et des propositions pour en combler les divers et nombreux manquements et insuffisances.

Related posts

*

*

Top