Compensation: Le gaz butane enflamme le système

L’état des finances publiques (à fin août) laisse entrevoir certes quelques belles perspectives, mais il cache aussi d’autres points négatifs. Les décaissements au titre de la compensation ont encore augmenté, provoquant ainsi une hausse de 2,6% des dépenses ordinaires.

En effet, l’évolution des dépenses recouvre une progression de 2,8 milliards de dirhams  des charges de compensation (+37%). A l’origine de cette situation, la forte hausse de 32% des prix du gaz butane au cours des huit premiers mois de 2017 par rapport à la même période un an auparavant. La tendance est promise à l’aggravation, puisque les cours du pétrole sur lesquels sont corrélés ceux du gaz naturel se situent au-dessus de la barre symbolique des 50 dollars.

L’autre point négatif est à chercher dans la légère hausse des dépenses de fonctionnement. En effet, la fièvre dépensière connait une évolution de 613 millions de dirhams sous l’effet de la hausse des dépenses des autres biens et services. Dans ces conditions, les besoins de financement du Trésor ont augmenté pour se situer à près de 33,5 milliards de DH contre 30,7 milliards il y a un an.

Par contre, d’autres rubriques restent positives. C’est le cas des recettes fiscales qui  ont affiché un accroissement de 6,9% sous l’effet à la fois des augmentations de 5,6 milliards de DH des impôts directs et de 3,1 milliards des impôts indirects. La hausse des impôts directs est liée à l’augmentation de 18,8% des recettes tirées de l’impôt sur les sociétés (IS) pour se situer à 31,3 milliards de DH. De même, les recettes dégagées de l’impôt sur le revenu (IR) ont enregistré une augmentation de 1,7% pour totaliser 26,9 milliards de DH. Cela traduit, à priori, le recul de la fraude qui touche ces taxes. D’ailleurs, le rendement de la TVA s’est également amélioré,  en évoluant de 7,8%. Cette croissance est imputable à la progression aussi bien de la TVA à l’intérieur (+12,6%) que de la TVA à l’importation (+5,3%).

D’un autre côté, les recettes tirées des taxes intérieures à la consommation (TIC) se sont établies à 17,8 milliards, en hausse de 2,2% par rapport au niveau enregistré durant la même période un an auparavant. Mais  au niveau des droits de douane, les recettes ont affiché un recul de 7,2% par rapport à la même période de 2016, en liaison notamment avec la baisse du volume d’importation du blé. De leur part, les droits d’enregistrement et de timbre ont affiché une amélioration de 297 M.DH ou 2,7%, attribuable à la hausse du produit de la TSAVA. Parallèlement, les recettes non fiscales ont sensiblement baissé de 8,5%, en lien particulièrement avec les reculs des dons mobilisés auprès des pays du Conseil de coopération du Golfe (-156 millions de DH).

Hajar Benezha

 

Ports : levée de 500 millions de DH

L’Agence Nationale des Ports (ANP) peut enfin pousser un ouf de soulagement. Après près de deux ans d’attente, elle vient de décrocher l’aval de l’Autorité marocaine du marché des capitaux pour l’émission d’un emprunt obligataire. L’Agence compte lever 500 millions de DH sur le marché des capitaux. La période de souscription s’étend du 24 au 26 octobre prochain. Cette levée s’inscrit dans le cadre de son programme d’investissement (2017-2021) dont l’enveloppe s’élève à près de 6 milliards de dirhams. Cette opération est tant attendue par l’ANP qui veut diversifier ses sources de financements. Elle a été validée par le Conseil d’Administration en décembre 2015. Sa concrétisation permettra à l’ANP de poursuivre sa dynamique d’investissement visant le renforcement de l’offre portuaire nationale et sa modernisation pour accompagner les mutations du commerce extérieur du pays.

Related posts

*

*

Top