Consommer avec modération la viande de mouton

Comme annoncé par le ministère des Habous et des affaires Islamiques, l’Aïd Al Adha est célébré le vendredi 1er septembre. Cette fête religieuse symbolise la soumission totale du prophète sidna Brahim et, par extension, de tout croyant en Dieu. Elle a lieu le 10e jour du mois de Dhou al Hijja et marque la fin du pèlerinage à la Mecque. C’est en cela qu’elle reste très ancrée dans nos traditions et nos us et coutumes. A l’occasion de la fête de l’Aïd Al Adha, il est conseillé d’adopter des attitudes responsables concernant les déchets, d’avoir un comportement citoyen d’observer les règles de civisme et bien entendu, de consommer avec modération la viande du mouton.

A trois jours de l’Aïd Al Adha, l’effervescence est à son comble partout là où vous allez. C’est le même constat. Un seul et unique mot d’ordre, une même préoccupation qui anime les discussions, c’est comme on le devine,  le mouton. C’est inouï, ça frôle la paranoïa, les gens sont subjugués par l’agneau, c’est carrément une fixation collective, une attractivité ovine permanente où le mouton est érigé au rang de super star, mais uniquement jusqu’au Vendredi  1er Septembre. Après le sacrifice du mouton, il ne restera que la carcasse et le souvenir de bons moments passés en famille.

Dans chaque foyer, les préparatifs sont quotidiens. La présence du mouton dans les petits appartements pose certes problèmes, elle chamboule tout, mais qu’à cela ne tienne, l’Aïd El Kébir, c’est sacré et pour rien au monde, on ne raterait cette fête religieuse.

Tout est prévu, calculé à l’avance, entre achat de fournitures pour la cuisson, approvisionnement en toutes espèces de condiments et d’herbes nécessaires à la confection de plats spéciaux de l’Aïd. Les ménagères font le plein de piments doux, de poivre, de safran, de coriandre, du cumin, du gingembre, muscade, cannelle, sel, clou de girofle, sans oublier bien entendu la fameuse recette de rass -el-hanout,  qui est un mélange d’épices typiquement moyen-oriental, originaire du Maroc et qui peut contenir plusieurs épices.

A cela il faut aussi ajouter les herbes telles que le basilic, le persil, le thym, la menthe…

Bref, on ne badine pas et on ne recule pas sur les dépenses. En un mot, on ne se prive pas pour la fête de l’Aïd El Kébir, après et bien on verra.

Le mouton, véritable vedette de cette fête, mérite bien quelques sacrifices, même si pour cela  certains n’hésitent pas à s’endetter, à acheter le mouton à crédit, l’important c’est de faire comme le voisin. Il va sans dire que l’alimentation figure au cœur de toutes les préoccupations. Peu importe qu’on soit pauvre ou de classe moyenne, tout le monde a droit pendant les trois jours de la fête à des plats de viande copieux mijotés spécialement pour l’occasion. La viande d’agneau est certes succulente. En consommer chaque jour et en grande quantité peut aussi avoir des effets sur la santé des individus.

La modération est de rigueur

Il faut rappeler que la viande d’agneau contient beaucoup de gras par rapport au bœuf, et encore plus par rapport au poulet et au poisson. La manger de façon excessive favorise la sécrétion d’acide urique (responsable de la maladie de la goutte) et augmente le taux de cholestérol dans le sang, ce qui représente un danger pour la santé des personnes et en particulier, pour les diabétiques. Pour cela, il est conseillé de consommer cette viande avec modération et d’enlever tous le gras visible, car c’est un type de gras qui ne s’enlève pas avec la cuisson. De plus, avec tous les plats à base de viande de mouton concoctés lors de la fête du sacrifice, l’utilisation de l’huile, de beurre ou du Smen, des éléments qui vont rendre les apports caloriques encore plus élevés et la digestion de la viande plus difficile.

Ces exagérations nutritives carnées au sein de nombreuses familles, surtout en milieu rural et des quartiers populaires, sont monnaie courante et certains ne s’arrêteront de manger de la viande que lorsqu’il ne restera du mouton que des os.

Avantages de la viande de mouton

Dans la viande du mouton, il y a du bon et du moins bon. Il faut rappeler que la viande de mouton est une excellente source de protéines nécessaires à la formation de nos muscles et au développement normal de nos enfants. En outre, la viande de mouton est très riche en minéraux et en vitamines, et les principaux minéraux que nous retrouvons dans la viande de mouton sont essentiellement le fer et le phosphore. Le fer contribue à la reconstitution des globules rouges. Donc, il permet de lutter contre l’anémie. Le phosphore est l’un des minéraux retrouvés en grande quantité dans le corps après le calcium. Il favorise la régénération des cellules et la constitution des os et des dents. Parmi les vitamines,  nous avons les vitamines de complexe B, B2, B3 et B12 qui contribuent aussi au bon fonctionnement de tout notre organisme.

Inconvénients

Mais, cette viande a aussi des inconvénients surtout pour la quantité de graisses qu’elle renferme. En effet, la viande de mouton est riche en acides gras saturés, facteurs de maladies cardio-vasculaires. Pour éviter en amont les petits tracas digestifs, mieux vaut dégraisser tous les morceaux au maximum, avant ou après la cuisson. Notez qu’une simple brochette de boulfaf équivaut à 380 calories avec, tenez vous bien, 75 mg de cholestérol. Si l’on ajoute à cela la cuisson avec du beurre et du Smen (beurre rance), les risques de crises digestives et de pression artérielle pourraient pointer le bout de leur nez. Les diabétiques quant à eux doivent éviter la consommation de viande de mouton et lui préférer la viande de poisson ou de poulet.

L’Aïd va durer trois jours (vendredi-Samedi – Dimanche), mais cela ne doit pas signifier  qu’il faut agrémenter tous ses repas de viande de mouton. La modération est de mise.

L’idéal est donc d’opter pour la variété afin d’éviter des excès dans votre menu, ne pas oublier de consommer des salades vertes, des fruits et légumes durant la période de l’Aïd El Kébir.

Dégradation de l’environnement

A l’ occasion de chaque Aïd El Kébir, la ville de Casablanca se transforme en un grand souk à bestiaux à ciel ouvert. La présence en masse de milliers de têtes de bétail (ovins, caprins et bovins) destinées à la vente pour la fête de l’Aïd El Kébir crée une certaine anarchie et beaucoup de saleté, de puanteur, qui sont occasionnées par la présence des moutons dans des espaces loués pour cette occasion, mais il y a aussi du bétail sur la voie publique. L’environnement est constamment agressé. La qualité de vie se détériore de plus en plus à l’approche de la fête de l’Aïd El Kébir.

Lors du jour du sacrifice du mouton, c’est-à-dire le jour de l’Aïd, cette dégradation de l’environnement est mise à mal par les déchets, les immondices, les viscères, les peaux et autres ordures qui sont jetés çà et là sans aucune gêne, ni retenue de la part de beaucoup de personnes qui font preuve d’une insouciance morbide, d’un manque de civisme, qui sont les causes directes de la nuisance de l’environnement dans lequel nous évoluons tous.

Solidarité, fraternité et don de soi

Au-delà des préparatifs, des achats, du mouton, des gâteaux, de la joie de voir ses enfants et sa famille passer des moments heureux, Aïd El Adha doit être mis à profit par tous les citoyens pour aider ceux qui sont dans le besoin. C’est une occasion idoine pour plus de solidarité et de fraternité, de réconciliation avec soi et avec les autres.

L’Aïd El Adha doit donner lieu aux échanges de vœux, de visites familiales,  aux proches, aux amis, de se rendre aux cimetières pour se recueillir à la mémoire des chers disparus, de se rendre aussi dans les hôpitaux pour réconforter les malades, les soulager en cette fête de communion et d’intense émotion de fraternité et de don de soi. Ces moments de ferveur obligent aussi à méditer sur le sens du sacrifice, à inculquer aux enfants les principes de fidélité, de respect et de tolérance.
C’est tout cela le vrai sens de cette fête religieuse qui n’est pas uniquement synonyme de viande, de Kabab, de méchoui …

Ouardirhi Abdelaziz

Related posts

*

*

Top