Débat politique à Ait Melloul: Le modèle de développement en conclave!

Dans le cadre de ces cycles de débat autour des grandes questions d’actualité, le centre Madinati d’Ait Melloul, à une douzaine de kilomètres au sud d’Agadir, a tenu une importante conférence sur la thématique de vogue actuellement, à savoir le nouveau modèle de développement à adopter, en ces moments de crise général. Cette rencontre à laquelle ont pris part, devant une forte assistance, Abdeslam Seddiki, membre du bureau politique du PPS, Abdeltif Wahbi, membre du secrétariat général du PAM et Mohamed Mekraz, secrétaire national de la jeunesse du PJD.

Dans sa communication, l’intervenant au nom du parti du livre a mis l’accent sur la nécessité de prôner un nouveau mode d’expansion au Maroc. Cet effort à déployer dans ce sens par toutes les composantes de la nation devrait remplir des conditions essentielles, notamment l’activation des dispositions de la nouvelle constitution et la consolidation des institutions, en particulier les partis politiques, le parlement, la société civile… Cette opération, précise l’ancien ministre de l’emploi devrait ambitionner deux objectifs de haute exigence. Tout d’abord, il importe de mettre en avant une économie marocaine autonome en vue d’immuniser et fortifier la promotion des atouts dont dispose le pays et, partant, de mettre en œuvre une politique sociale susceptible de subvenir aux besoins et aux attentes des populations, plus particulièrement les couches défavorisées.

Pour sa part, le représentant du parti du tracteur a surtout mis en exergue la crise que traverse le pays, aussi bien aux plans institutionnel qu’économique et social. Cette situation peu rassurante, nécessite de la part des acteurs politiques, un véritable sursaut d’orgueil, toutes obédiences confondues. L’heure, poursuit-il à ce propos, n’est pas aux calculs réducteurs, mais à une réelle prise de conscience afin d’assurer le minimum de croissance dans notre pays et de sortir du marasme dans lequel il se trouve. Tout le monde s’accorde à dire, souligne- y-il, que cette précarité a tendance à mettre le pays dans un état critique que ni le gouvernement avec un budget limité ni les autres constituantes ne sont actuellement en mesure de surmonter. Il est question donc de la conjugaison de toutes les énergies, majorité et opposition, en vue de s’affronter de concert à cette crise profonde.

De son côté, le dirigeant du parti de la lampe, s’est tout d’abord félicité de la pertinence de ce genre de débat public autour de l’un des thèmes nationaux qui retiennent l’attention du grand public. D’autre part, il invite l’intelligentsia et les silencieux de prendre part à cette discussion car cela les concerne également à ce moment crucial de la vie politique nationale. Abordant le volet de la gestion des affaires publiques, l’avocat au barreau d’Agadir que le renforcement et la démocratisation de la question politique et institutionnelle demeure la condition sine qua none au modèle de développement à mettre en application. D’autant plus que nombre de déficits et de dysfonctionnements sont à proscrire dans le champ politique national, en particulier le mariage contre-nature entre le business et le pouvoir politique.

Saoudi El Amalki

Related posts

*

*

Top