Des conflits à résorber!

A la différence de ses précédentes, la session ordinaire du conseil de région Souss Massa qui s’est déroulée, comme annoncé précédemment, fut marqué par deux faits qui n’enlèvent en rien de la fécondité de l’instance constitutionnelle en question.

Tout d’abord, on déplorera le retrait de l’opposition des travaux de la session, après y avoir pris part, un laps de temps auparavant. Aussitôt après, les réfractaires n’ont pas manqué de rendre public un communiqué selon lequel ils «émettent leur réserve par rapport au manque de vision claire relative au projet de budget, à l’absence de l’équité et de la transparence inhérente à la répartition des dotations budgétaires aux provinces, ainsi que la défection de la gouvernance».

Second fait qui a émaillé le déroulement de la session du conseil, avait trait au  report inapproprié d’un point de l’ordre du jour, d’après les avances de certains membres concernés, s’agissant du vote du projet de convention entre la région et le centre du Souss pour la promotion culturelle. Sans avoir point l’intention de mettre de l’huile dans les braises sur ces faits qui semblent être une exception de «conflit» par rapport à la règle de «paix» dont le conseil régional avait l’apanage, on estimera que, visiblement, le clivage partisan réducteur aurait animé certains membres.

Car, comment expliquer que le projet de convention avait été bel et bien convenu au départ, alors qu’on eut l’idée, par la suite, d’en faire abstraction? A croire certaines informations qui font état de la volonté de certains membres d’intégrer des associations dans les listes bénéficiaires des subventions du conseil régional, sans se conformer aux critères préétablies au sein de la commission ad hoc.

Ceci étant et sans trop s’immiscer dans les détails qui incitent aux contestations souvent gratuites, il serait plus judicieux de s’atteler aux questions plus porteurs, au moment où la région vit, à coup sûr, une embellie, à plus d’un titre. Il serait dommage de sombrer dans de vils bras de fer destructifs. Certes, l’approche de plus en plus des échéances électorales font attiser les convoitises et, de ce fait, font revoir les calculs convenus pour en tirer profit. Cependant, il importe de rappeler que la perfidie partisane porte souvent préjudice à l’action régionale en interne et externe.

D’autant plus que l’exemple de l’entente des différentes composantes de la région Souss Massa a fait le tour du royaume, contrairement à ce qui se passe dans des régions en bas   déficits, tels Dràa Tafilalet, Guelmim Oued Noun.

Related posts

*

*

Top