Des lueurs d’espoir!

Pas mois de 84 ressortissants français d’Agadir dont les trois compatriotes qui viennent de sortir du Centre Hospitalier Régional Hassan II d’Agadir après être, il y a quelques jours, testés négatifs du Coronavirus, ont pris les bus à destination de Marrakech.

Les passagers ont rendez-vous avec le vol à la cité ocre à 18h, avec un autre avion qui va transporter d’autres passagers des villes du pays  pour leur rapatriement. Il est à noter que le consulat de France à Agadir s’est brillamment démené pour réussir cette opération, avec la collaboration étroite des Autorités de la Wilaya qui n’a ménagé aucun effort pour cette mission, au niveau des formalités à entreprendre et du transfert par bus et du vol affrété par l’Etat français.

Enfin, une bonne nouvelle émanant d’Agadir! Dans le sillage de cette éclaircie qui  s’annonce un peu partout dans le royaume pour relever le nombre de guéris, soit pas moins de 15 hier de 10 à 11 heures pour atteindre 49 guéris, on apprend  que quatre patients viennent de quitter le centre hospitalier régional (CHR) Hassan II d’Agadir, après être testés négatifs et avoir subi les soins requis.

Il s’agit de Lahoucine Ouberchkik, époux de la française Sabine et deux autres français. Alors que le consulat s’est occupé du rapatriement de leurs compatriotes, les français ont quitté le pays  hier vers 11 h à Marrakech sur un vol affrété par l’Hexagone. Le marocain, lui, regagne chez lui à Agadir. Selon le témoignage de Rachid Ouberchkik, frère de Lahoucine : «Mon frère Lahoucine en compagne de trois français, viennent de quitter l’hôpital d’Agadir. C’est un moment heureux après une période de grande tension! Je salue le courage des patients et remercie vivement le staff médical pour leur abnégation».

Des faits parmi tant d’autres ces temps-ci qui réchauffent le cœur et qui donnent bien l’impression qu’on n’est pas très loin de lueurs d’espoir qui se profilent à l’horizon. Des spécialistes affirment que si on maintient la même cadence pendant cette semaine appelée communément de pic, on est bien lancé à contenir la maladie. Il va sans dire que la réussite dépendra aussi du degré de vigilance et de respect des mesures restrictives et préventives entamés par les autorités du pays, depuis un certain moment.

La conjugaison de tous les efforts des différentes composantes qui, jusqu’à présent, ont fait montre de beaucoup de synergie, serait également d’un grand apport pour contrecarrer une fois pour toutes la propagation de la maladie.

*

*

Top