Dialogue interreligieux

Des mille et une façons d’être juif ou musulman

Intervenant l’une et l’autre sur la scène intellectuelle et médiatique française et sur des problématiques assez semblables, Delphine Horvilleur et Rachid Benzine, qui partagent les mêmes soucis d’un monde qui menace toujours de s’éclater, se rencontrent dans un dialogue interreligieux. La première est rabbin et dirige la revue Tenoua et elle a publié En tenue d’Eve et Comment les rabbins font des enfants aux éditions Grasset en 2013 et 2015. Le deuxième est islamologue et il a publié entre autres Les Nouveaux Penseurs de l’islam (Albin Michel, 2004), Le Coran expliqué aux jeunes (Seuil, 2013) et Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ? (Seuil, 2016).

Delphine Horvilleur et Rachid Benzine, l’une est femme et l’autre est homme, l’une est rabbin et l’autre est islamologue, leur dialogue est la rencontre des altérités et l’échange des différences, et leur texte est un espace d’entre-deux où les deux penseurs se débattent de l’essentiel ; qu’est-ce qu’être juif ou musulman ? Et quel rapport entretiennent les deux religions avec Dieu, l’Histoire, le politique, la loi, la laïcité, la vérité et les rites et les coutumes ? La condition de la femme juive e musulmane dans la vie publique et privée et la relation des musulmans et des juifs avec Dieu.

Dans Des mille et une façons d’être juif ou musulman, et au-delà des différences et des divergences, l’islamologue Rachid Benzine et la rabbin Delphine Horveilleur partagent la conviction selon laquelle le renouvèlement des interprétations à travers les générations donne sens à la révélation des textes sacrés. Dans ce dialogue profond et franc, les deux intellectuels interrogent les notions de «sacré», «saint», «haram»,  «halal», «charia» … etc dans leurs rapports avec l’histoire des religions avant de questionner les trois monothéismes dans leur relation avec communautarisme et individualisme, entre le «nous» et le «je», pour focaliser la notion de laïcité entre imaginaire et représentations dans le but de comprendre et faire comprendre le pourquoi de la haine et de la  violence. Ainsi, en répondant l’une et l’autre aux questions de Jean-Louis Schlegel, les deux intellectuels revisitent le religieux et reconstruisent les sens et leurs possibilités d’être dans des réinterprétations qui répondent aux horizons d’attente du lecteur contemporain.  Il s’agit dans ce sens d’une lecture contextuelle et historique des textes religieux «c’est l’histoire et le social qui donnent figure au religieux» p. 149.

Ce dialogue qui s’étale sur 245 pages, réparti en 8 chapitres et dont le dernier axe s’intitule «Quel dialogue interreligieux ?» est une invitation à la pensée altéritaire, à l’acceptation de la différence des autres religions comme dans la même religion puisque, selon les deux penseurs, il n’y a pas un seul Islam ou un unique Judaïsme mais il y’en a plusieurs étant donné que la religion est plurielle.  Ainsi Des mille et une façons d’être juif ou musulman est un appel au dialogue interreligieux et intrareligieux.  C’est un éloge du dialogue et un hymne à l’échange. C’est une mise en valeur du partage entre et au sein des religions, celui des valeurs, de l’humanisme, des espérances et aussi des menaces. Il est une lecture rationnelle des textes et de l’histoire des religions ; de l’islam comme du judaïsme.

(1) Delphine Horvilleur et Rachid Benzine, Des mille et une façons d’être juif ou musulman (dialogue avec le concours de Jean-Louis Schlegel), éd. Seuil, Paris, 2017.

Khadija Outoulount

Top