Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»

Des écrivains à l’heure du Covid-19

Etant à cheval sur deux passions, la médecine et l’écriture, il est évident que la question de confinement m’interpelle sur plusieurs plans. D’un côté soigner et de l’autre, témoigner. Les deux fonctions s’entremêlent, se supportent et s’encouragent.

Au départ, il s’agissait d’intégrer la violence médicale de l’annonce de pandémie. Puis, une fois la nouvelle acceptée, il a fallu un temps d’adaptation pour trouver l’équilibre adéquat : une réorganisation du travail au cabinet, imposer des mesures strictes d’hygiène, s’informer sur les dernières avancées diagnostiques et thérapeutiques. Puis, a commencé la valse des questions des patients, répondre à leurs interrogations, gérer leur stress, les rassurer quant au suivi médical. Il a donc fallu mettre en veille l’auteur durant quelques jours, tout en continuant à observer mon propre comportement et celui des autres.

La première constatation a été en rapport avec l’inculture. Comment peut-on faire comprendre à des personnes n’ayant pas de base scolaire, la notion de virus, cet ennemi invisible, impalpable, inexistant à leurs yeux ? C’est ici que l’on mesure l’importance des failles dans l’éducation. Comment peut-on faire accepter le confinement lorsque rien ne semble, à première vue le justifier ? Comment peut-on expliquer que dans cette crise sanitaire, le confinement est primordial et salutaire.

Seconde constatation, après une courte phase d’euphorie inconsciente, on voit apparaître une peur collective, une méfiance vis-à-vis de l’autre. Ce besoin de se protéger individuellement a créé un climat d’angoisse et tant mieux car il est le signe de la compréhension et de l’intégration du danger.

Puis, assez rapidement, est apparue la volonté des uns et des autres de s’impliquer dans des chaines de solidarité. Nous avons vu surgir de partout, des circuits insoupçonnables, des systèmes d’aides improvisées.

Il y a ceux qui prennent des risques et ceux qui se mobilisent pour aider les plus nécessiteux. Il y en a d’autres qui préfèrent gérer leur angoisse en portant des œillères en se concentrant sur les activités qui vont leur permettre de tromper l’ennui.

En ce qui me concerne, après avoir géré mon quotidien professionnel, il a fallu canaliser mon angoisse et la mettre de côté pour arriver à travailler et écrire. Il y a une différence majeure entre ces deux fonctions : en tant que médecin, l’adaptation fut facile car les gardes nous ont appris à gérer l’urgence médicale en mettant nos émotions de côté pour arriver à être efficace.

Mais en tant qu’auteur, il fallait une sérénité de l’esprit pour arriver à me concentrer sur une quelconque écriture. Comment peut-on trouver cette sérénité lorsque l’on est à l’affut des informations médicales, que l’on doit trancher entre ce qui est scientifiquement vérifié et ce qui ne l’est pas ?

Le comble est que lorsque j’associe mes connaissances scientifiques de médecin à mon imagination d’écrivain, je me mets à construire des scénarios très inquiétants.

Depuis quelques semaines, il y a dans mes journées un éternel va et vient entre la médecine et l’écriture. Ayant plus de temps libre au cabinet, j’y emporte mes projets d’écriture, et le soir, chez moi, au lieu d’écrire, je me retrouve à suivre des conférences scientifiques à des heures parfois très tardives.

Tout cela bien entendu, en continuant à répondre aux messages de mes patients inquiets, quelle que soit l’heure de la journée ou de la nuit.

Ecrire, en période trouble, est une échappatoire salvatrice pour l’esprit. Tenter de se détacher du réel, quelques instants seulement, est un luxe appréciable. L’écriture  permet de canaliser toutes les angoisses.

Il est évident que l’actualité et les comportements humains induits par cette actualité, représentent une source intarissable pour un auteur. Ecrire implique restituer un témoignage des évènements d’une époque, mais en tant qu’acteur médical, mes dernières urgences d’écriture ont été un besoin incoercible d’écrire pour rétablir certaines vérités, de témoigner du dévouement, de la disponobilité et de l’engagement des médecins, tous secteurs confondus.

Dans ce combat contre la pandémie, chaque individu est un acteur indispensable, nous devons tous regarder dans la même direction.  Certains s’investissent et prennent des risques. D’autres, en les soutenant moralement, peuvent contribuer à leur donner l’énergie indispensable pour y arriver. Au-delà des mots, cette énergie positive, cette volonté commune, ce soutien moral, voilà ce dont les médecins ont le plus besoin actuellement.

Rabat le 03 Avril 2020

*

*

Top