«En rejetant ce qui est juste, tu prends le chemin de la détresse»

La consolidation de l’intégrité territoriale du royaume est une tâche centrale pour l’ensemble du peuple marocain. Elle prime devant toutes les autres priorités et fait l’objet d’une unanimité quasi totale. Toutes les arguties qui ont voulu faire croire au peuple marocain qu’il ne s’agit pas de «son affaire» ont échouer. Toutes les manœuvres voulant porter atteinte au droit légitime du Maroc moderne de préserver ses frontières récupérées auront le même destin, l’échec total.

En conformité avec le droit, ces frontières ont été reconquises par la mobilisation populaire, le consentement de la population et la négociation diplomatique avec l’occupant colonialiste.

Il fût un temps où des jeunes marocains animés par une volonté révolutionnaire, ont voulu mener une guerre de libération qui devrait s’étendre sur l’ensemble du territoire national. Sans revenir sur les fondements de ce choix et ses conséquences, ils furent très vite pris en main par les services des états voisins.Certains ont péri dans des conditions atroces alors que d’autres sont revenus vers la patrie grâce à l’immensité de sa miséricorde et de son pardon. Il en reste quelques étourdis, enrôlés par les services algériens, parqués dans le désert avec une population prise en otage et exploitée pour l’obtention de «l’aide humanitaire» qu’ils détournent à leurs profits. Les camps de Tindouf sont un déshonneur pour ces brigands et leurs commanditaires.

L’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés devra opérer le recensement de la population de ces camps de la honte et procéder à son information pour qu’elle puisse prendre une décision éclairée et sa réintégration dans le pays d’origine conformément à sa libre volonté.

Entretemps, les provinces du Sud du royaume connaissent un développement remarquable et leur population participe à l’effort national entrepris dans le cadre de la consolidation du processus démocratique et de la lutte pour l’avènement de la justice sociale et le bienêtre de tous.

Au fil des événements en relation avec l’ONU, ceux qui restent des« frontistes », manipulés par l’Algérie, se manifestent par des bravades là où ils croient pouvoir attirer l’attention. Leur méfait, particulièrement au passage de Guerguerate, n’a fait que conforter,à tous les niveaux,les efforts du Royaume du Maroc dans ses «efforts sérieux et crédibles» pour régler ce différend artificiel attisé par l’Algérie. L‘initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie pour la région du Sahara est considérée,de plus en plus et au sein de diverses instances régionales et internationales, comme la seule solution réaliste pragmatique et durable à ce conflit artificiellement créé. Il reste aux parties prenantes, encore clairement définies par le Conseil de sécurité de l’ONU dans sa résolution 2548, d’aller dans le sens de l’Histoire.

Dans l’attente, le peuple marocain reste vigilant dans sa mobilisation pour la préservation de son intégrité territoriale. Il répond à la provocation, d’où qu’elle soit son origine et qu’elle que soit sa nature, par le flegme et la fermeté. La croyance en son droit est inébranlable. Et même les plus attachés à l’identité culturelle et au sentiment tribal croient fermement et intimement que leurs intérêts sont dans le respect total de la souveraineté du Royaume du Maroc.

Au fait, toute cette adversité, folle et irresponsable, n’a fait que développer la conscience nationale et l’attachement à la patrie. Autant que sa conviction profonde quand il s’agissait de soutenir la lutte d’indépendance du peuple algérien frère, l’irréfragabilité des limites du territoire national constitue une des bases de la foi de notre peuple.Son aspiration reste aussi forte pour l’édification du Grand Maghreb afin de promouvoir le développement durable de la région et de ses environs dans la paix et la stabilité.La division, les querelles et autres animosités ne servent que le dessein des autres et handicapent cette partie de l’Afrique du Nord à assumer totalement, collectivement et harmonieusement, le rôle qui lui revient dans le développement humain et dans la paix du bassin méditerranéen et du continent africain.

Au voisin qui les manipule et à ceux qui s’arcboutent et veulent jouer aux fanfarons, alors qu’ils ne sont pas maîtres de leur décision, qu’ils sachent qu’en rejetant ce qui est juste, ils se mettent dans la détresse, plus qu’ils n’y sont déjà.

*

*

Top