Entretien exclusif avec Patrick Le Hiaric, directeur de l’Humanité

«La fête de l’Huma est un carrefour des causes suprêmes de l’Homme et de la Nature»

Propos recueillis à Paris par Saoudi El Amalki

Il y a 115 ans, Jean Jaurès fondait l’Humanité, l’organe de presse du Parti communiste français (PCF). Un journal qui, depuis, gardait sa présence exceptionnelle sur l’échiquier médiatique hexagonal et mondial, en dépit de la «décadence» de la formation rouge, ces derniers temps. Au fil des ans, le  quotidien tricolore pétille, sans répit,  par l’éclat de sa fête traditionnelle qui porte son nom, à travers l’histoire. Cette année encore, il enchaîne par la 84 ème manche, dans l’espoir de satisfaire les centaines de milliers de visiteurs de tous bords, dans des conditions optimales, malgré les contraintes financières.

Comme à son accoutumée, depuis déjà belle lurette, Al Bayane, journal du parti du progrès et du socialisme, héritier du parti communiste marocain, dressait son stand dans l’immense espace consacré «au Village du monde» où se côtoient des acteurs du mouvement ouvrier et progressiste de tous les coins du globe.

A cette occasion et juste après son fameux discours inaugural de l’ouverture de cet  événement Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité a bien voulu accorder à notre journal cet entretien ci-dessous :

Al Bayane: Quelles impressions de cette nouvelle édition dont vous venez de donner le coup d’envoi?

Patrick Le Hyaric : vous savez, la fête de l’Huma n’est plus un événement propre à notre journal, depuis déjà des lustres. C’est incontestablement, une rencontre de tous les défenseurs de la paix, de la liberté et la justice, à travers la planète.

C’est également un rassemblement où se débattent, dans le respect mutuel, des grandes problématiques dont sévit au quotidien l’humanité et au sein duquel se partagent les congratulations festives et réciproques entre les camarades du monde. Cette année encore, on s’est ardemment attelé à garder le même esprit de solidarité et de communion entre les forces du progrès pour fustiger ensemble les barbaries capitalistes et néolibérales qui s’opèrent dans l’univers.

Quelles particularités retenez-vous par rapport aux innovations portées à la fête?

Écoutez, notre plus grand souci c’est d’abord d’assurer la pérennité de cette tradition annuelle.

C’est un acquis qui nécessite beaucoup d’efforts de la part des militantes et militants du journal et du parti qui se mobilisent d’arrache-pied pour réitérer cet célébration à laquelle on tient tant.

Nous pensons, en toute modestie, que nos sacrifices auront assez  abouti, dans la mesure où les visiteurs aussi bien nationaux qu’étrangers ont pu être satisfaits des diverses prestations mises en leur direction. Le programme de la fête est à la fois engagé et ouvert sur les grands enjeux de la planète que festif et divertissant.

Les débats qui seront vivement menés par les éminents intervenants de tout acabit, autour des questions de l’heure qui ont trait aux préoccupations majeurs de l’humanité, porteront sur les malheurs qu’endurent les opprimés et les exploités du monde. La fête de l’humanité demeurera sans doute, un carrefour des causes suprêmes de l’Homme et de la Nature.

En parallèle, nous avons mis sur pied, cette année, un stand culturel pour les fans du cinéma, du théâtre, de la musique…afin de faire partager les expertises universelles des domaines de l’art, la création et la culture.

Pensez-vous que le «différend» qui persiste encore entre nos partis respectifs, relatif à la question du Sahara marocain, aurait, peut-être, des incidences plutôt négatives sur les rapports mutuels de nos presses?

Pas du tout, je ne crois que ce serait le cas. Nos relations communes concernant nos organes de presse sont intactes et se devraient de consolider les liens de plus en plus, considérés de part et d’autre. A ce propos, il me semble que nous avions déjà tenté, il y a des années, de mener de concert des d’actions de coopération à un certain niveau, de magazine destiné aux enfants.

On pourrait toujours aller dans ce sens afin d’imprimer à la presse engagée davantage de rayonnement. En ce qui concerne l’Humanité, comme vous pouvez le constater est ouverte à toute initiative qui consoliderait les relations d’entraide et d’expansion. Les positions d’appréciation sur tel ou tel sujet ne sauraient altérer les accointances d’ordre général.

Nous tentons de demeurer sans cesse, à l’écoute et à la disposition de sollicitudes de ce genre.

Related posts

*

*

Top