Gare aux sceptiques !

Par Samir Aitohou

«Comment peut-on vraiment espérer gagner une guerre avec des personnes qui ne croient même pas à l’existence réelle de l’ennemi?».

La hausse du nombre des cas atteints de covid-19 et le nombre de décès enregistrés ces derniers jours dans notre royaume ne devraient  pas étonner personne! Ce serait sûrement une mauvaise foi que de s’émerveiller devant ces nouveaux chiffres car tout simplement tout est attendu!

 Ainsi, on a tous vu ces derniers temps un grand laisser-aller de la part de beaucoup de nos concitoyens face à l’épidémie. Un laisser-aller quasi total  qui se manifeste par la non-observance préméditée des mesures préventives promulguées par le Ministère de la santé.

De plus en plus des citoyens laissent tomber leurs masques, ne se lavent plus les mains, ne respectant plus la distance de sécurité, et s’agglomèrent indifféremment dans des cafés, des  lieux publics… sans la moindre considérions aux conseils et aux mesures d’hygiène décrétés par l’État.

Cette indifférence, il faut bien le rappeler, est due en grande partie au scepticisme de certains Marocains qui commencent à mettre  en doute l’existence même réelle du Covid-19. Ainsi parlent- ils «d’une théorie du complot» ourdie par des mains sales de certains États, et  refusent dès lors de se soumettre aux moindres directives visant à combattre un ennemi qui «n’existe que dans l’imaginaire collectif!» disent-ils.

C’est regrettablement ce scepticisme qui justifie clairement cette augmentation foudroyante de nombre de morts dans notre pays, qui a passé de 1 voire deux morts  par jour à 14 et 15 morts.  De même après que le taux des infectés vacillait entre les 100 et les 200, on en est aujourd’hui à des 800 et 1000 cas par jour! (nombre susceptibles  d’augmenter dans les prochains jours!)

Ce sont des nombres tristement révélateurs  qui ne présagent rien de bon pour l’avenir de notre État qui,  après avoir été chaleureusement salué par l’instance internationale pour ses engagements dans la lutte contre le virus, se voit aujourd’hui dépasser par la situation, et risque de voir tout ses efforts réduits à zéro.

Cependant, il me semble à cet égard impossible de combattre covid-19 si l’on ne  réussit pas préalablement à battre le scepticisme de certains Marocains qui ne voient d’un œil ce qui se passe dans le monde. Sinon comment peut-on vraiment espérer réussir une guerre avec des personnes qui ne croient même pas à l’existence effective et réelle de l’ennemi?

En effet, l’absence du dialogue et de la  communication avec les citoyens pourrait bien être à l’origine de ce je m’en foutisme montant. Ainsi, il ne suffit pas de communiquer quotidiennement le bilan de décès et des infectés pour responsabiliser les citoyens et les impliquer dans ce combat de taille, mais faut-il encore les rapprocher et les intégrer davantage non seulement dans la politique présente  adoptée dans la lutte contre le virus, mais aussi il faut leur faire part des stratégies et des politiques prévues pour l’avenir.

En procédant ainsi, l’État aurait impliqué et responsabiliser davantage les citoyens dans ce combat «de vie ou de mort». Et plus les Marocains  sont sensibilisés et pris pour des sujets actifs dans «la guerre contre Covid-19» et plus ils agissent mieux et se battent non pas contre l’État (comme le font maintenant ces covid -sceptiques !), mais à coté voire  avec leur État.

Afin de sauver leur terre, leur patrie, leur vie, leur famille, bref le monde, les Marocains doivent faire preuve de plus de responsabilité et de maturité dans leur comportements. Ne pas respecter les  règles et les mesures du déconfinement  sous prétexte que Covid-19 est une légende, un mythe qui n’a pas eu lieu, c’est se trahir, trahir sa patrie, et trahir l’humanité tout entière!  Il faudrait surtout, face à cette dictature des réseaux sociaux qui manipulent et nient souvent la réalité, faire montre de plus d’intelligence et de lucidité, car on ne peut pas continuer à crier au «complot» au moment où l’on voit  nos concitoyens périr chaque jours dans des hôpitaux à cause cette pandémie damnée. Et  à cette occasion triste que traverse toute. l’humanité, j’invoque la sagesse de l’écrivain russe Dostoïevski : «Tout homme est responsable de tout devant tous».

*

*

Top