Le GPPS se félicitent de l’adoption de la loi sur les établissements de protection sociale

Les députés du Parti du progrès et du socialisme s’associent aux autres députés pour voter ensemble à la faveur de la nouvelle loi 65.15 relative aux établissements de la protection civile, adoptée par la Chambre des Représentants, réunie mardi 27 mars en séance plénière, tenue dans le cadre d’une session extraordinaire, a indiqué la députée Touria Skalli, au nom de son groupement parlementaire du progrès et du socialisme (GPPS).

La députée a souligné que les députés du PPS partagent entièrement les sentiments de colère et d’indignation que la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du développement social, Bassima Hakkaoui a exprimée en début de séance, à propos de l’agression sexuelle et physique commise en pleine rue contre une fille mineure, tout en appelant à la prise des mesures nécessaires pour garantir aux femmes leur sécurité dans l’espace publique.

Elle a fait savoir que le projet de loi relatif aux établissements de la protection civile est venue remplacer la loi 14.05, élaborée dans la hâte, à l’issue du scandale survenu dans la bienfaisance d’Ain Chok à Casablanca, qui était le théâtre de pratiques honteuses et inhumaines sur ses pensionnaires, des orphelins et enfants abandonnés.

Le nouveau projet de loi se propose donc d’améliorer la gestion de tels établissements pour leur assurer la continuité et la pérennité requises en vue de protéger les droits des bénéficiaires.

Le texte de loi vise garantit l’accès équitable aux services de prise en charge et la protection des catégories vulnérables, a-t-elle expliqué.

Il vise à améliorer la prise en charge d’autrui et à élargir le panier des prestations pour couvrir d’autres types de prise en charge et situations juridiques, dont l’assistance sociale, la médiation sociale, la réadaptation et la réhabilitation.

Il permet, aussi, de doter les établissements de protection sociale de la personnalité morale et juridique pour accomplir leur mission et réaliser leur autonomie, à travers une série de mesures dont la définition des prérogatives des intervenants dans le domaine de la gestion, le soutien et le développement des systèmes de contrôle interne et des opérations de surveillance et d’inspection, en tenant compte de la dimension territoriale et du principe de compétences.

MT

Related posts

*

*

Top