Hommage à Abdelkébir Khatibi

Un devoir de mémoire. Un hommage posthume sera rendu du 12 au 15 mars au romancier et sociologue marocain, spécialiste de la littérature maghrébine francophone, Abdelkébir Khatibi, disparu  16 mars 2009 à Rabat.  En effet, la date de son départ définitif ne passera inaperçue.

A cette occasion, l’Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida, l’Association des Doukkala, l’Université Mohammed V de Rabat, l’EGE Rabat/Université Mohammed VI Polytechnique et l’Université Ibn Toufaïl de Kénitra organisent du 12 au 15 mars un colloque international itinérant intitulé : « Abdelkébir Khatibi : cheminement et empreintes ».  Un penseur prolixe.  Les réflexions d’Abdelkébir  ont enrichi le paysage culturel, littéraire, artistique, sociologique et philosophique marocain. Ainsi, pour mettre les lumières sur sa pensée plurielle et à avenir, une brochette de chercheurs et  d’écrivains marocains et étrangers  interviendra dans le cadre de ce colloque.

Par ailleurs, parmi les noms qui  figurent dans la liste des intervenants, on y trouve : Ghita El Khayat, écrivaine, psychanalyste, Casabanca; Hassan Wahbi, Université Ibn Zohr, Agadir; Sanae Ghouati, Université Ibn Toufaïl, Kénitra; Marc Gontard, Université de Rennes 2; Abdellah Saaf, Université Mohammed V, Rabat; Mansour M’Henni, Université Tunis El Manar ; Touria Uakkas, université Chouaib Doukkali, El Jadida; Rachid Benlabbah, Institut des Etudes Africaines, Rabat, Matthew Brauer, Northwestern University Evanston, Mounir Yajjou, université Ibn Tofail, Kénitra, Ijjou Cheikh Moussa, Université Mohammed V, Rabat, Jean Zaganiaris, EGE Rabat, UM6P Benguerir, Jane Hiddleston, université d’Oxford; Abdelouahad Mabrour, Université Chouaïb Doukkali d’El Jadida; Abdellah Baïda, ENS Rabat, Simona Modreanu, université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, Roumanie.

 «Abdelkébir Khatibi est connu pour ses travaux sociologiques, notamment sur le roman maghrébin et les identités culturelles. Son essai Figure de l’étranger dans la littérature française (1987) montre de quelle façon des écrivains tels que Aragon, Duras et Barthes ont représenté dans leurs œuvres des pays et des personnages non occidentaux», expliquent les organisateurs dans un communiqué de presse.

Khatibi est une figure de proue qui  a  travaillé sur la culture et la mémoire plurielle marocaine, sur l’altérité et l’ouverture sur l’autre dans sa diversité  ethnique, linguistique et culturelle.

Ses publications dans ce sens sont nombreuses  dont le fameux roman «La mémoire tatouée» paru en 1971, «Le livre du sang (1979) ou Pèlerinage d’un artiste amoureux»  sorti  en 2006. «L’une des forces de sa pensée a été de se situer par-delà les conventions littéraires et les assignations à écrire de manière normative, et d’avoir créé, y compris dans sa correspondance ouverte avec Ghita El Khayat, des formes d’écriture immanentes pour parler de la pluralité des modes de vie et de penser, tant dans le domaine littéraire que dans celui de la politique ou des sciences sociales», lit on dans le communiqué des organisateurs.

Ce colloque itinérant  sur ce penseur actuel est une occasion pour revisiter sa pensée qui reste toujours à venir et universelle.

Mohamed Nait Youssef

Related posts

*

*

Top