Inde : Le parti du Premier ministre remporte un scrutin régional

Attendons pour voir…

Ce dimanche 3 décembre, le « Bharatya Janata Party », parti nationaliste du Premier ministre indien Narendra Modi, au pouvoir depuis près de dix ans, est sorti victorieux des élections régionales dans trois des quatre Etats totalisant 200 millions d’électeurs où elles ont eu lieu et ce, après que le chef du gouvernement ait parcouru les différentes régions pour soutenir les candidats de son parti et promis, durant cette campagne, que son gouvernement va accorder des aides directes aux plus pauvres et offrir des emplois aux jeunes.

Un tel résultat est, bien entendu, de bon augure pour le chef du gouvernement qui compte briguer, au printemps prochain, un troisième mandat consécutif à la tête du pays.  

Si donc, au terme de ces élections régionales, les nationalistes hindous ont arraché au Parti du Congrès les Etats du Rajasthan et du Chhattisgarth et se sont maintenus à la tête de l’Etat du Madhya Pradesh alors même que les sondages qui avaient précédé le scrutin de ce dimanche les avaient donnés perdants, le parti du Congrès peut, tout juste, se réjouir d’avoir arraché l’Etat méridional du Telangana à un parti régional quand bien même les résultats de ce scrutin sont, dans leur ensemble, une réelle défaite pour lui dans la mesure où comme l’a rappelé Rahul Verma, analyste politique du Center for Policy Research, un groupe de réflexion basé à New-Delhi, il « espérait faire beaucoup mieux » en ne perdant pas les deux Etats qu’il avait arrachés au BJP en 2018.

Ainsi, en étant, désormais, privé du Rajasthan, le parti du Congrès ne contrôle plus que trois États sur les vingt-huit que compte l’Inde ; ce qui constitue un bien maigre lot de consolation.

Considérant, par ailleurs, que ces trois Etats du nord du pays sont particulièrement réceptifs au projet idéologique du BJP qui promeut la supériorité des hindous qui représentent 80% de la population, Nalin Mehta, chercheur à l’Institut d’études sud-asiatiques de l’Université nationale de Singapour affirme que, dans le nord hindiphone du pays, le poids politique du parti du Premier ministre est « considérable » et repose sur une « base solide ».  

Intervenue à quelques mois des prochaines législatives, cette performance galvanise les troupes de Narendra Modi qui n’ont pas hésité à considérer comme étant « historiques » ces résultats « sans précédents » qui donnent une idée de la température politique dans ce pays qui compte 1,4 milliard d’habitant et indiquent clairement que, dans cette élection qui peut être assimilée à une demi-finale, le BJP,  après avoir déjoué tous les pronostics qui le donnaient perdant, est parvenu à étriller l’opposition représentée par le Parti du Congrès et à afficher sa domination sur le fameux « Hindi belt » constitué par ces États du Nord et du Centre, très peuplés et très pauvres.

Le parti nationaliste du Premier ministre Narendra Modi semble donc être parvenu à faire un grand pas vers son maintien aux commandes du pays à l’issue des législatives de mai prochain alors même que même les plus optimistes n’imaginaient pas une victoire aussi large mais attendons pour voir…

Nabil EL BOUSAADI

Top