«Je veux être ton égale en droit»

Meriem Hadj Hamou

Il n’est aucun cadeau que j’accepterai sauf à m’accorder mes droits.

Je ne suis pas un bibelot dont on décore une maison et encore moins un lustre.

Je n’ai pas été créé pour te plaire, pour illuminer ta maison, mais pour vivre à ma façon et enfanter si je le veux.

Il n’y a rien en toi de supérieur, je ne me plie, je ne réponds que d’un même créateur, celui qui t’a façonné et m’a faite pareillement humaine.

Ma sensibilité m’empêche de te répondre parfois quand tu me manques de respect, mais sache que ma langue contient autant de noirceur que tu peux en proférer. Et que si je ne les dis pas, c’est juste pour garder mon aura.

Tu es vile quand tu me rabaisses, vile quand tu me blesses, vile quand tu te crois meilleur. Je ne te réponds pas parfois, par peur il est vrai, mais le plus souvent c’est pour protéger meilleur que moi, tes propres enfants avec moi.

Je suis ton égale de toutes les façons possibles, j’exerce les mêmes professions, les mêmes métiers, j’ai les mêmes habiletés et la même adresse à fabriquer les choses les plus ardues aux plus fines. Tu le sais, et tu en profites pour me narguer, pour me mettre toujours à l’épreuve. Et je réussis toujours, brillamment, en dépit de toutes mes autres responsabilités, sauf en cette matière de lois, que tu t’es accaparé un jour, et dont tu ne veux pas céder la voie.

Tu as peur pour ton prestige, peur que je ne te dépasse, peur de perdre le contrôle et de te retrouver sur le bas-côté, parce que tu connais ma valeur. Mais rassure-toi. Moi je sais que comme nous avons été créés différents, nous nous complétons, et que partager la place c’est juste reconnaître nos besoins l’un de l’autre. Je sais aussi que si tu m’honores, tu honores en premier lieu celle qui t’a donné la vie, celle qui t’a veillé et a fait de toi l’homme qui tu es devenu. Alors offre-moi juste la reconnaissance.

La reconnaissance, je la veux sur papier. Signée et scellée, afin que je n’aie pas à mendier, à m’humilier, sur mon propre corps. Que je n’aie pas à réclamer en justice mes droits. Que l’on me considère avec autant d’égard et de respect que toi.

Je n’ai besoin ni de fleurs ni de bijoux. Je veux l’égalité des droits. Je veux un partage juste et équitable. Pour tout.

*

*

Top