La Jeunesse socialiste célèbre le 42 e anniversaire de sa création

Jamal Krimi Benchekroun: «Un acte de reconnaissance pour les pionniers»

Ismail Hamraoui: «Convaincre les jeunes de l’utilité de l’action politique»

Quatre décennies de présence dans l’espace public, de combats permanents sur tous les fronts pour faire prévaloir les idéaux de gauche et bâtir une société où l’égalité entre les citoyens et la justice sociale sont les mots d’ordre. Créée en en 1976, la Jeunesse socialiste (JS) organisation parallèle du Parti du progrès et du socialisme (PPS) s’apprête à commémorer, ce dimanche 21 janvier, ses 42 ans d’existence.  Ainsi, tout un programme a été conçu par le Bureau national pour fêter dignement cet événement marquant au théâtre National Mohammed VI à Rabat.

Au menu, plusieurs troupes musicales vont se produire sur scène avec la participation des pionniers et dirigeants qui ont marqué l’histoire de la JS. Il faut dire que cette organisation parallèle créée au début sous le nom de la Jeunesse Marocaine du Progrès et du Socialisme (JMPS) a fait de la défense des valeurs humaines, des principes du progrès et de la modernité, son cheval de bataille. Il est à souligner que cette structure s’est toujours positionnée en tant qu’école de socialisation, ayant pour objectif la formation et l’encadrement des jeunes.

Pour Jamal Krimi Benchekroun, SG actuel, «la JS a fait de la formation des jeunes sa vocation principale». Il indique que  «cette structure a contribué à la formation de grands militantes et militants qui assument aujourd’hui la direction du Parti et même la gestion de plusieurs établissements, outre leur contribution à la gestion de la chose publique aussi bien au niveau local que national». Abondant dans le même ordre d’idées, le numéro 1 de la JS considère que « la fête qui aura lieu dimanche a une portée symbolique particulière». «C’est un acte de reconnaissance des combats et sacrifices consentis par les pionniers mais également pour que les jeunes militants aujourd’hui tirent les leçons qui s’imposent», insiste-t-il. Et d’ajouter que lors de la journée de dimanche, «un hommage sera rendu à tous les anciens secrétaires généraux, à commencer par Ahmed Salem Latif, en passant par Mohamed Nabil Benabdallah puis Said Fekkak, Driss Redouani et tous les anciens dirigeants et cadres qui ont été aux commandes des bureaux nationaux».

De son côté, Ismail Hamraoui, membre du Bureau national, a indiqué dans une déclaration à Al Bayane que la commémoration du 42e anniversaire vise, entre autres, à donner un sens à l’action politique. «Il est certain qu’on assiste aujourd’hui à un désenchantement à l’égard de la politique. Notre rôle consiste à ne pas laisser l’espace vide. Nous sommes tenus à être à l’écoute de la jeunesse marocaine, comprendre ses motivations et puis, la convaincre de l’utilité de l’action politique», déclare-t-il avec insistance.

«Le changement auquel nous aspirons ensemble ne peut se faire qu’à travers une implication massive des jeunes dans l’univers politique, car, en fin de compte, la jeunesse est la force de tout changement  », note-t-il en substance.

Pour lui, «le véritable enjeu est d’être omniprésent sur le terrain et intensifier le débat sur les véritables problématiques qui préoccupent les jeunes».  Pour ce faire, «la JS, fidèle à ses traditions, envisage d’organiser plusieurs tables rondes et activités consacrées à plusieurs thèmes», fait-t-il savoir, tout en soulignant que «la JS a été souvent à l’avant-garde de tous les combats menés par le pays à l’échelle internationale afin de défendre notre intégrité territoriale. Idem à l’échelle nationale où l’objectif ultime est de défendre acharnement les valeurs de gauche», note-t-il.

La commémoration du 42e anniversaire sera, de surcroit, une occasion de procéder à l’évaluation de la JS et d’établir une vision pour l’avenir.  «Nous sommes tenus de renforcer les espaces d’accueil pour réconcilier voire impliquer davantage les jeunes dans le champ politique», estime-t-il. Atteindre un tel objectif «requiert plus d’engagement pour restructurer le travail de la JS afin de répondre aux attentes des jeunes», conclut-il.

Khalid Darfaf

Related posts

*

*

Top