«La Cigogne Volubile vise transmettre le goût à la lecture dès le plus jeune âge»

La Cigogne Volubile – Printemps des livres jeunesse du Maroc  est de retour pour une nouvelle édition riche en programmation. En effet, cette 9ème édition qui aura lieu  du 23 au 25 mai 2019 autour du thème «Conte et Afrique», accueillera une belle brochette d’auteurs, illustrateurs, conteurs, libraires, comédiens et musiciens entre autres  Mohamed Adi (Algérie), Naziha Bouras-Chamot (Maroc), Nezha Chevé (Maroc), Nathalie Dieterlé (France), Halima Hamdane (Maroc), Souleymane Mbodj (Sénégal), Dominique Mwankumi (République Démocratique du Congo) et bien d’autres.

Al bayane : La Cigogne Volubile – Printemps des livres jeunesse du Maroc fête  cette année ses 9 ans d’existence sous la thématique «Conte et Afrique». Pourquoi ce thème?

Lyliane Dos Santos : Initiée par l’Institut français de Meknès, la Cigogne Volubile est un évènement central de la saison culturelle France-Maroc, qui se déploie dans les 12 instituts français du Royaume. Chaque année, une nouvelle thématique est proposée, et les invités sont sélectionnés en fonction du thème choisi : ainsi  en 2016 il s’agissait de l’environnement, en 2017 du voyage ou encore en 2018 de la famille.  Cette année, nous avons souhaité mettre à l’honneur la richesse et la diversité culturelle du continent africain et sa tradition orale. Les contes africains sont au cœur de la littérature jeunesse et jouent un rôle fondamental pour l’éducation et la transmission du patrimoine.

Les éditeurs marocains spécialisés dans le livre jeunesse  se comptent sur le bout des doigts.  En fait, quelles sont vos actions en matière de la promotion de ce secteur dont la roue a eu du mal à  tourner?

Pendant les 3 jours de la manifestation, une librairie s’installe dans les différents Instituts français du réseau et propose les ouvrages des auteurs et illustrateurs invités mais également une sélection d’ouvrages jeunesse francophones et bilingues français-arabe notamment édités par des éditeurs locaux, contribuant ainsi au développement éditorial et économique de l’édition jeunesse au Maroc.

Par ailleurs, auteurs, illustrateurs, conteurs mais aussi éditeurs marocains sont, chaque année des invités privilégiés des 12 sites de l’Institut français.

La Cigogne Volubile sillonnera les villes marocaines à la quête des jeunes lecteurs. Quelle est votre recette afin de promouvoir la lecture chez les jeunes et les enfants?

L’un des objectifs de la Cigogne Volubile est de transmettre le goût à la lecture dès le plus jeune âge. Il s’agit ainsi de sensibiliser les enfants, et leurs familles, à l’importance de la lecture dès le plus jeune âge, la lecture étant non seulement au centre des  apprentissages scolaires de l’enfant mais aussi au cœur de son développement créatif, social et humain. Le goût de la lecture est ainsi transmis à travers des activités ludiques, qui feront du livre un objet convoité et synonyme de plaisir. Prenant le relai du travail mené par les médiathèques des instituts français tout au long de l’année, La Cigogne Volubile est l’occasion de mettre le livre jeunesse à l’honneur et de donner à voir la diversité, la richesse et la qualité de la littérature jeunesse francophone.

Vous dites dans votre communiqué que «plus de 600 livres ont été offerts aux enfants d’écoles publiques et associations grâce au dispositif solidaire des chèques-livres, financé par des donateurs privés ou des entreprises». Où en sommes-nous  du travail du mécénat et des mécènes  dans ce cadre?

Le dispositif des chèque-livres a été mis en place à l’Institut français de Meknès dès la création de la Cigogne Volubile, grâce à la contribution de donateurs privés et d’entreprises. Il vise en tout premier lieu à donner l’opportunité à des enfants d’acquérir, à la librairie installée pour l’occasion, des livres, parfois le premier, et ainsi leur transmettre le plaisir et l’émotion que peuvent procurer la lecture et le livre jeunesse. Ainsi des chèque-livres (d’une valeur de 50 dhs chacun) sont distribués à des associations, permettant aux enfants de choisir eux-mêmes leurs livres. D’année en année, la générosité des mécènes a perduré grâce à des donateurs très attachés aux valeurs que nous souhaitons véhiculer auprès de la jeunesse.

Les affiches de «La Cigogne Volubile» réalisées par des illustrateurs de renommée internationale font partie de l’identité de l’événement. Est-il un choix esthétique?

Confier chaque année la réalisation du visuel de l’évènement à un illustrateur différent contribue à l’esprit de la Cigogne Volubile. Dès la première édition, en 2010, le grand illustrateur Tomi Ungerer avait fait l’honneur de réaliser l’affiche et d’être le parrain de la Cigogne Volubile. Depuis, des illustrateurs de renoms, ayant comme point commun la qualité de leur travail, tels que Grégoire Solotareff, Marcelino Truong, Laurent Corvaisier, Aurélia Fronty, Clotilde Perrin, Marc Boutavant ou encore, pour cette 9ème édition, Zaü, ont prêté leurs plumes pour illustrer les affiches des différentes éditions. Les œuvres de Zaü feront également l’objet d’une exposition et seront mises à l’honneur dans la galerie de l’Institut français.

Propos recueillis par Mohamed Nait Youssef

*

*

Top