La face cachée de la lune

Tout le monde sait que la pleine lune que l’on admire possède une face cachée qui reste mystérieuse. Comme il est connu que l’iceberg, dans sa dérive, ne laisse apparaitre que sa partie émergée, alors que sa partie cachée constitue l’essentiel de son volume.

Les humains ont certes leur jardin secret; mais peuvent-ils avoir en plus une face cachée ? Certaines reprises critiques, sans concession à la célébrité, de la biographie de certains leaders ont montré que l’épopée vantée cachait une sorte d’homme pire que les ennemis contre lesquels il combattait.Cela n’empêchait pas la continuité de leur culte par des «fans» que rien ne détournerait de cette idolâtrie.

Tant que cela reste au niveau des relations entre personnes, cela relève du domaine privé ; mais quand cela entraîne un courant de pensée, un mouvement social dont la pérennité repose sur la référence objet de la passion et hissée au rang des bienfaiteurs de l’humanité, cela pose problème, non seulement aux individus mais à la société dans son ensemble.

Car comment corriger la distorsion acquise par fidélité à un leader disparu alors que les événements sont autres que ceux par lui présentés ? Comment pourrait-on se comporter si l’un des leaders reconnus dans notre société présente une face cachée dont la connaissance peut changer la gloire en aversion ?

Rien qu’à poser la question, on devine la diversité des réponses et leur contenu. Celles qui éluderont la question elle-même en faisant appel au complot perpétuel pour atteindre l’honneur du leader et jeter ainsi le discrédit sur l’ensemble du mouvement dont il était le porte-drapeau. C’est l’occasion aussi pour eux de renforcer «les points faibles» que présente la vie du leader par des affirmations imposantes. D’autres attaqueront directement celui ou celle qui a osé(e) mettre en doute la notoriété du leader alors qu’il (elle) n’arrive pas à ses chevilles.

Généralement ce genre de réponses est le fait de personnes qui ont un parti pris acquis par une transmission de plus en plus édulcorée des agissements du leader. Leur suivisme a transformé le personnage en mythe qui nourrit la conviction. La vérité des faits ne les intéresse aucunement. Ils s’en contrefoutent. L’important, c’est le totem et sa face rayonnante.

Les périodes de l’Histoire ne sont pas éclairées de la même façon. Certains faits sont cachés pour des raisons ou pour d’autres, alors qu’ils continuent de constituer la base de positions politiques qui s’expriment au quotidien. Les itinéraires des différents acteurs de l’Histoire ne sont pas entièrement mis à contribution pour comprendre le «qui, quoi, quand, comment et pourquoi» afin que l’interprétation ne soit pas instrumentalisée à l’encontre de l’intérêt national.

Notre beau pays est indépendant depuis six décennies et quelques années ; il est temps d’éclairer cette période du commencement du «grand jihad» afin de comprendre et de tirer les leçons nécessaires des événements vécus alors. Si des zones d’ombre ont été un peu dissipées par le rapport du cinquantenaire, «Cinquante ans de développement humain», et par celui de l’Instance Equité et Réconciliation par lesquels «la parole a été libérée», il reste à connaître objectivement notre passé non seulement dans un but d’écrire l’histoire mais beaucoup plus dans un but de libération et de renforcement de la cohésion sociale et de l’unité nationale par «une relation apaisée et informée à l’histoire et une vitalité du débat public sur l’avenir». Une synchronisation entre nous-mêmes, ce que nous voulons et le temps dans lequel nous sommes.

Au fait, la lune ne cache aucun mystère. Sa face cachée est le résultat de la synchronisation de sa période de rotation sur elle-même avec sa période de révolution autour de la Terre.

*

*

Top