La gestion des déchets médicaux et la responsabilité morale des producteurs

Par Noureddine Hazmi (MAP)

La gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques est régie par des règles rigoureuses avec pour objectif la préservation de l’environnement et la protection de la santé publique du danger qui en découle, ce qui interpelle sur le degré d’engagement et de responsabilité morale des parties productrices quant au traitement efficient et sûr de ces produits.

Le Maroc a parfaitement adhéré aux efforts de lutte contre ces déchets toxiques et œuvre à leur gestion de la manière la plus appropriée, en adoptant un important arsenal juridique, notamment la loi 28-00 relative à la gestion des déchets, le décret relatif à la gestion des déchets dangereux et celui portant sur la gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques, outre la charte nationale de l’environnement et du développement durable.

Les déchets médicaux et pharmaceutiques sont issus des activités liées au diagnostic, au suivi, au traitement préventif ou hospitalier en matière de médecine humaine et vétérinaire et à l’ensemble de déchets provenant d’activités d’hôpitaux publics et cliniques privées, des centres de recherche et des laboratoires d’analyses.

Le traitement de ces déchets, dont 20 pc sont jugés dangereux, doit bénéficier d’un intérêt particulier, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à travers des opérations de tri depuis la source, d’emballage, de stockage, de collecte, de transport, de traitement et d’élimination.

Dans ce contexte, Abdeslam Chekkal, directeur des hôpitaux et des soins ambulatoires au ministère la santé, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que les déchets médicaux se répartissent en déchets similaires aux ordures ménagères, soit entre 75 et 80 pc, et en déchets dangereux avec 10 à 25 pc du volume total.

Il a attiré l’attention sur l’existence de déchets hautement contagieux pouvant infecter les humains et d’autres êtres vivants, alors que d’autres le sont moins, comme les médicaments et produits chimiques et biologiques non utilisés ou périmés, les organes et tissus humains ou animaliers, entre autres.

Les dangers des déchets médicaux et pharmaceutiques résident dans la possibilité de propagation d’épidémie, à travers le toucher direct des sécrétions du malade ou des liquides issus de son corps, a-t-il ajouté, notant que les bactéries prolifèrent également par les rongeurs et insectes au contact des déchets jetés de manière non sécurisés, pouvant donner lieu à des pathologies dont le sida, l’hépatite, l’infection respiratoire, les inflammations de la peau et l’intoxication.

En vue de réduire les dangers de ces déchets, le responsable a précisé que leur gestion est basée sur 4 principes: « polluant contaminant » dont la responsabilité de s’en débarrasser de manière sûre et respectueuse de l’environnement revient aux producteurs de ces déchets, sur le plan juridique et financière, le principe de vigilance qui suppose que si le danger éventuel est grand, mais non connu avec précision, l’on suppose que le niveau du danger est supérieur et, partant de ce constat, les producteurs des déchets doivent recourir aux normes les plus exigeantes de gestion et d’élimination de ces produits.

On trouve aussi le principe de responsabilité qui stipule que tout individu qui gère ou traite les déchets médicaux reste le premier responsable, sur le plan moral, ainsi que le principe de proximité qui prévoit le traitement et l’élimination des déchets dans un site proche de celui de production, pour réduire les risques et dangers.

Le traitement incorrect de ce genre de déchets peut être à l’origine de problèmes de santé et donner suite à des impacts négatifs sur l’environnement, a-t-il averti, relevant que la bonne gestion de ces déchets requiert une bonne prise de conscience de l’ensemble des intervenants et l’adoption d’une stratégie particulière, en insistant sur la formation de l’ensemble des cadres de santé actifs dans ce domaine.

La gestion technique des déchets, a-t-il estimé, passe par plusieurs étapes reposant, en particulier, sur le tri considéré comme élément essentiel à cet effet, puisqu’il contribue à réduire la quantité de déchets dangereux et le coût d’élimination, et l’usage de couleurs différentes des bennes à déchets, rouge pour les déchets contagieux, jaune pour les déchets tranchants, marron pour les déchets chimiques et pharmaceutiques et noir pour les autres types de déchets.

Il a, par ailleurs, appelé à faire distinguer les engins dédiés au transport de déchets similaires à ceux ménagers et ceux chargés du transport de déchets dangereux à l’intérieur de l’hôpital, en consacrant des endroits de stockage de déchets médicaux, selon des critères techniques spécifiques, à travers la collecte et le transport des déchets par des société agréées, le traitement et l’élimination des déchets dangereux sur les sites dédiés à cet effet.

Pour l’élimination de ce genre de déchets dangereux, il a rappelé qu’outre les équipements disponibles dans certains hôpitaux publics, le Maroc dispose actuellement de cinq unités de traitement des déchets médicaux dangereux, à Tétouan, Casablanca, Meknès, Témara, et Ouarzazate, alors que plusieurs autres unités sont en cours de création.

Pour ce qui est des hôpitaux publics, poursuit-il, la plupart d’entre eux procède au traitement des déchets, à travers la conclusion d’accords avec des sociétés spécialisées ou à travers des unités de traitement disponibles dans ces hôpitaux, faisant savoir que 45 millions dh ont été alloués en 2018 à la gestion des déchets médicaux.

L’état de gestion des déchets médicaux et pharmaceutiques au sein des établissements hospitaliers fait ressortir, d’après la dernière enquête réalisée à ce sujet en 2013, que la quantité de déchets médicaux et pharmaceutiques dangereux produite au Maroc par ces structures est estimée à 7.642 tonnes par an, répartie entre secteur public (hôpitaux 3.538 tonnes et établissements des premiers soins 814 tonnes par an), et secteur privé (cliniques privées 1.983 tonnes, centres d’hémodialyse, 877 tonnes, et laboratoires d’analyses médicales 430 tonnes annuellement).

Related posts

*

*

Top