La région du Souss appuie les accords de pêche!

L’accord de pêche et la qualité de l’air ont été, lundi dernier à Agadir, au centre du débat politique, lors de la session extraordinaire du conseil de la région Souss-Massa. Le secteur halieutique sur lequel repose l’économie tant au niveau régional que national, assure plus de 34% du PIB national en la matière et plus de 50% de l’export de la conserverie de poisson.

Érigées en sérieux pilier du triptyque régional, à savoir l’agriculture et le tourisme, les pêches maritimes regroupe 58 000 exerçants au domaine dont le port occupe le premier rang en termes de valeur des produits de pêche en son sein. Le potentiel de la région qui, sans doute, fut valorisé durant les négociations menées avec l’Union Européenne, constitue une plus-value certaine dans la dynamique confortée par la mise en place d’une plate-forme spécifique, au service des différents acteurs du secteur aussi bien à l’échelon régional que national. Une prouesse unique en perspective!

Le renouvellement des accords de pêche conclus, il y a quelques temps, avec l’UE, a suscité un profond satisfecit parmi les professionnels du secteur. Au-delà du rendement pécuniaire alloué par les interlocuteurs du vieux continent qui s’élève à plus de 52 millions d’euros par an et bien d’autres avantages enregistrés à ce propos, notamment le renforcement des opportunités d’emploi à bord des bateaux européens, la remise des droits du déchargement des pêcheries dans les quais des ports marocains…, il est question d’une impulsion marquante au niveau de la pérennité des ressources des captures, de la préservation de l’écosystème de la mer, de la valorisation des produits halieutiques et de la mise à niveau de la flotte nationale.

Les pourparlers de ces accords, longuement mis au crible par les autorités marocaines, auront, à coup sûr, des retombées sensibles, à plus d’un titre. Il est vrai que la reconduction s’est avérée rude, d’autant plus que l’inclusion du territoire récupéré du Sahara était primordiale dans l’opération.

En effet, la globalité de la finalisation des accords préoccupait les responsables marocains vis à vis des partenaires de l’UE. Cette intégration de la cause nationale revêt une importance capitale dans le processus et du coup, assène un revers cuisant aux ennemis de l’intégrité territoriale. De ce fait, il s’est donc agi d’une victoire au plan économique, après la série de performances politiques cumulées, ces derniers temps, depuis la réintégration du royaume dans l’enceinte de l’Union Africaine.

Bien entendu, nombre de contraintes et de déficits persistent encore dans le secteur, en particulier au niveau du monopole de la pêche hauturière par des barons du secteur au sud du pays, du non respect du repos biologique inhérent aux céphalopodes, notamment le poulpe soumis au carnage, du massacre des RSW (refroidissement sea water) qui sillonnent l’océan avec leurs engins dévastateurs et raflent toutes les espèces de poisson, à l’aide des sennes navigant, de la flambée du poisson dans le marché interne…

*

*

Top