Le Maroc a organisé des manifestations internationales de cavalerie de grande envergure

Le 12e Salon du cheval d’El Jadida, qui a fermé ses portes dimanche au Parc d’exposition Mohammed VI, a mis en avant la capacité du Maroc à organiser des manifestations internationales de cavalerie de grande envergure et de haut niveau, a souligné le commissaire du Salon, El Habib Marzak.

Initiée par l’Association du Salon du Cheval, cette manifestation a attiré plus de 230.000 visiteurs dont 40.000 enfants, a fait observer Marzak dans une déclaration à la MAP, notant la participation de 38 pays, dont 6 africains, reflétant ainsi la coopération africaine prônée par le Salon auquel ont pris part un total de 1.000 cavaliers avec 700 chevaux.

La quatrième édition du Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de Tbourida s’est déroulée dans de bonnes conditions au même titre que les shows du pur-sang Arabe, l’Arabe-barbe et le Barbe ainsi que les concours de saut d’obstacles relevant de la troisième étape de la 10e  édition du circuit international Morocco Royal Tour (MRT), a-t-il assuré.

Il a, en outre, mis l’accent sur le rôle du Salon en tant qu’événement incontournable de promotion de la cavalerie, notant qu’il s’agit également de faire connaitre aux visiteurs, notamment étrangers, le patrimoine culturel national lié à la filière.

Ce Salon, qui met à l’honneur les races chevalines nationales, a été l’occasion d’exprimer l’attachement des marocains à cette noble créature et leur dévouement au développement des activités équestres et aux métiers du cheval.

Placée sous le thème «Le cheval dans les écosystèmes marocains», cette édition témoignait de la place du cheval dans un Maroc pluriel, riche d’environnements divers et variés, et de la variété des liens qui unissent le cheval aux paysages côtiers et montagneux, mais aussi aux plaines et aux zones arides.

Aux côtés des compétitions, shows et concours, le Salon a été marqué par l’organisation de spectacles animés par les cavaleries des Forces Armées Royales (FAR), des Forces Auxiliaires, de la Gendarmerie Royale et de la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN), en plus de la participation inédite de la garde royale anglaise pour la première fois en Afrique.

Lieu de transmission et d’échange des savoirs, le Salon a été une occasion pour traiter de différents thèmes scientifiques et culturels, notamment, la place du cheval dans les écosystèmes marocains et l’histoire du pur-sang arabe en Tunisie, mettant en avant la place de choix qu’occupait cette race chevaline au fil du temps.

*

*

Top