Le Néolibéralisme recourt aux rituels sacrificiels humains pour éterniser son hégémonisme!

Par Beniaich Mohamed

Presque toutes les régions de la planète ont connu, dansleur passé prémoderne,la pratique du sacrifice humain à un moment donné. On pense, par exemple, aux massacres rituels des Aztèques destinés à conjurer la menace périodique de la fin du monde, les hommes en osier des Celtes (grandes statues en bois remplies de gens puis brûlées), la pratique hindoue de Sati dans laquelle la veuve s’immole dans le bûcher funéraire de son mari et le massacre honorifique des esclaves et des prisonniers à la mort des rois ouest-africains.

Généralement, le sacrifice humain implique une mise à mort rituelle propitiatoire : meurtre destiné à plaire ou à apaiser les dieux. De nombreuses traditions des religions abrahamiques telles que le judaïsme, le christianisme et l’islam considèrent que Dieu a ordonné à Abraham de sacrifier son fils pour examiner l’obéissance d’Abraham à ses commandements. Pour prouver son obéissance, Abraham avait l’intention de sacrifier son fils. Cependant, Dieu a ordonné à Abraham de sacrifier un bélier au lieu de son fils.Par conséquent, les trois religions monothéistes ont toutes interdit le sacrifice humain tout en l’incluant dans la compréhension de leur propre développement. La relative rareté du sacrifice humain dans le monde contemporain explique le scandale qu’il invite. Aujourd’hui, tant les critiques de la peine capitale que les militants des droits des animaux cherchent à étendre l’interdiction du sacrifice humain à la peine de mort et à la vie animale respectivement.

Le néolibéralisme reflète-t-il vraiment la réémergence de la violence sacrificielle archaïque?

Certains économistes néolibéraux et leur rhétorique convergent souvent en semblant répondre par l’affirmative.D’aucuns affirment que le sacrifice humain peut servir à restaurer, stabiliser ou conserver l’équilibre d’une société, pour faire faceà la déstabilisation ou la désintégration de l’ ordre social.  La levée du lockdown de certains États, l’assouplissement des mesures de confinement et circulation et l’indemnisation des victimes s’expliquent en effet régulièrement dans la rhétorique et la logique du sacrifice.

Face au choc des coronavirus quia secoué les marchés boursiers du monde, imposant la nécessité de renflouements massifs de l’État, le néolibéralisme autoritaire a voulu faire revivre les anciens rituels sacrificiels humains, et cette fois en sacrifiant sur son autel les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques et ayant des systèmes immunitaires affaiblis.

Plusieurs économistes néolibéraux conservateurs font valoir sans fondement que les retombées économiques pour ralentir la propagation du coronavirusseront pires que les effets négatifs de la pandémie et pourraient coûter trop cher, juste pour sauver la vie de quelques millions de nos voisins les plus vulnérables.

Britt Hume l’a qualifié de «point de vue tout à fait raisonnable» que les Américains plus âgés seraient prêts à se sacrifier pour le bien de l’économie, et le lieutenant-gouverneur du Texas, Dan Patrick, a déclaré qu’il était «tout à fait d’accord» pour annuler les recommandations de distanciation sociale afin d’aider l’économie.

Mike Leavitt, secrétaire à la Santé et aux Services sociaux de l’administration George W. Bush, a déclaré que la bataille contre le virus se transformait en une « lutte suprêmement locale » et que les communautés pourraient avoir besoin de s’adapter périodiquement au fur et à mesure que la crise se déroule.

Steve Hilton, partisan de Trump et soi-disant « populiste positif », a fait valoir que les impacts économiques des mesures de distanciation sociale appliquées à travers les États-Unis feront plus de mal aux Américains que le coronavirus lui-même.

Il a même accusé le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses de réagir de manière excessive à la pandémie. « Vous connaissez cette phrase célèbre, » le remède est pire que la maladie ?  » Il a ajouté que l’arrêt économique total tuera plus de gens que le virus.

L’économiste de l’Université de Chicago, Casey Mulligan, qui a siégé au conseil des conseillers économiques du président Trump, a déclaré au New York Times que la fermeture de l’activité économique pour ralentir le virus serait plus dommageable que de ne rien faire du tout. Il préfère une sorte de pondération des coûts et des avantages de sauver des vies.

De nombreux Américains critiquent sans relâche ce visage inhumain néolibéral que Trump incarne. Les critiques disent qu’il présente à la nation un faux choix à un moment où les décès et les infections par le virus augmentent. : « Nous n’accepterons pas l’hypothèse selon laquelle la vie humaine est jetable », a déclaré Cuomo, dont l’état a connu beaucoup plus d’infections et de décès par COVID-19 que tout autre État. « Et nous n’allons pas estimer en dollars la vie humaine ».

« Les gens détestent cette question (Le calcul de la valeur statistique d’une vie humaine) », a déclaré Betsey Stevenson, professeur d’économie et de politique publique à l’Université du Michigan, qui a siégé au Conseil des conseillers économiques de la Maison Blanche pendant l’administration Obama. « En présentant les mathématiques d’une manière si grossière, les gens grincent des dents quand ils les voient ».

Trump a grommelé que « notre pays n’a pas été construit pour être fermé » et a juré de ne pas permettre « que le remède soit pire que le problème ».

« LameStream Mediaringarde, miteuse, pourrie est la force dominante pour essayer de me faire garder notre pays fermé aussi longtemps que possible dans l’espoir que cela nuira à mon succès électoral », a tweeté Trump mercredi. «Les vrais gens veulent se remettre au travail le plus tôt possible. Nous serons plus forts que jamais !».

Dans un passé récent, le gouvernement a également donné un prix à la vie humaine américaine à la suite de calamités causées par l’homme, y compris les attentats du 11 septembre et la marée noire de BP en 2010 dans le golfe du Mexique, qui a tué 11 personnes et dévasté la région, pour indemniser les victimes.

Kenneth Feinberg, qui a administré les fonds des victimes résultant de ces événements, a déclaré que la formule utilisée par les tribunaux nationaux était simple : que gagnerait la victime au cours de sa vie au travail, si ce n’était la tragédie qui lui a coûté la vie ? En plus de cela, il y a eu une compensation supplémentaire pour la douleur et la souffrance et la détresse émotionnelle, a-t-il dit.

« Il s’agit d’un calcul assez simple », a déclaré Feinberg. Mais en ce qui concerne la pandémie actuelle, Feinberg a déclaré que le calcul de l’impact n’est pas si simple.

« Quand quelqu’un dit : » Vous savez que le risque du virus n’est pas aussi grand que les risques pour tout le monde à travers une économie qui se détériore « , c’est un choix que tout le monde devra faire », a déclaré Feinberg.

Dans le cas de la crise des coronavirus, certains économistes et experts politiques affirment que la pandémie continue de présenter trop d’inconnues pour utiliser le type d’analyse coûts-avantages calculée froidement qui a été utilisé pour évaluer l’impact de politiques telles que les routes fédérales et la qualité de l’air.

Bien sûr, la tentation de se tourner vers le prémoderne pour affronter les crises de la modernité n’est pas nouvelle. (Bourg J) À bien des égards, les références à l’archaïque et les appels au primitif sont des gestes modernes archétypaux. Les choses sont encore compliquées par le fait que le néolibéralismelui-même n’a aucun fondement, au sens d’un événement ou d’une cause fondamentale unique. Au contraire, le néolibéralisme a eu des fondations multiples et incongrues ; il incarne le poids cumulé hérité de l’exploration, du colonialisme, de l’impérialisme, de la guerre, des meurtres collectifs …

Mais dans le contexte du néolibéralisme sans fondement, quel sens le sacrifice humain a-t-il si le faux dieu que nous plairons n’est autre que ce néolibéralisme vil et impitoyable.

Nous espérons que tous les mouvements progressistes et humanistes endigueront ces rituels sacrificiels humains avant qu’ils ne s’universalisent et ne s’imposent aux sociétés.

Related posts

*

*

Top