Le transport aérien, une industrie industrialisante

Pour cette semaine, nous aurons le plaisir de parler de ce qui marche au Maroc avec l’année record pour les aéroports marocains, qui ont accueilli 22.534.771 passagers, en hausse de 10,43% par rapport à l’année 2017.

Cette croissance a été tirée par les aéroports de Marrakech (+20,92%), d’Agadir (+24,48%) et de Fès (+17,33%) qui représentent des parts du trafic, de respectivement 23,4%, 8,5% et 5,8%.

En effet, le transport aérien est une industrie où l’offre crée sa propre demande. Ainsi, en parallèle à l’extension des capacités de plusieurs aéroports, l’open sky a permis à l’aérien de passer de 430 fréquences en 2006 à 1.200 en 2018. Aussi, le transport aérien est une industrie industrialisante notamment dans une logique win-win avec le tourisme comme le montre cette année 2018 où les flux touristiques ont augmenté de 8%. Enfin, le potentiel demeure entier pour 2019 avec le doublement de la capacité de l’aéroport de Mohammed V, en plus de la correction des dysfonctionnements existants, notamment au niveau de la connectivité entre les aéroports et le ferroviaire ou le transport par bus.

En Bourse, malheureusement, le secteur n’est pas représenté même si cette bonne conjoncture peut donner des idées à la RAM, à Air Arabia Maroc ou à l’ONDA. Surtout, l’ONDA a déjà testé le marché financier avec une émission obligataire de 2 milliards de DH.

Related posts

*

*

Top