Les Banques «islamiques» démystifiées

Par Beniaich Mohamed

Dans son discours à la noblesse de la nation allemande en 1520, Martin Luther a écrit : «Un cordonnier, un forgeron, un paysan, chaque homme … sont des prêtres et des évêques dévoués, et chaque homme devrait, par sa fonction ou son travail, être utile et bénéfique pour le reste, afin que différents types de travaux puissent tous être unis pour la promotion du corps et de l’âme, tout comme les divers membres du corps se servent mutuellement. Un cordonnier aurait demandé à Luther comment il pouvait servir Dieu dans son métier de cordonnier».

La réponse de Luther n’était pas que le cordonnier devrait vendre une « chaussure chrétienne », mais plutôt qu’il devrait faire une bonne chaussure et la vendre à un prix équitable. Mon objectif dans cet article est d’analyser la vraie nature des banques islamiques et leur agenda idéologique et politique, et voir si leur nouvelle identité distinctive est réellement basée sur des principes, éthiques et mécanismes efficients, efficaces, viables et cohérents qui peuvent constituer une clé de voûte dans l’optique de véritablement et pratiquement mettre notre monde arabomusulman sur la voie d’une croissance plus élevée en améliorant la productivité des entreprises et des personnes de manière à améliorer les revenus et le niveau de vie de tous, sans avoir besoin de exercer une concurrence sur la base de références religieuses mais sur la base de la qualité de leurs produits et services comme avantage concurrentiel réel, tout comme le cordonnier de Luther n’avait besoin que de faire une bonne chaussure et de la vendre à un prix équitable, sans avoir besoin de fabriquer ou de commercialiser une «chaussure chrétienne». (Islamic Finance Law, Economics, and Practice by Mahmoud A. El-Gamal).

Malheureusement, je puis dire que, dès le début, de nombreuses banques «islamiques», parce qu’elles ne sont pas en mesure de remettre en cause ni l’idée, ni l’institution du marché des capitaux qui est au cœur du néolibéralisme mondial, elles se contentent d’être repensées et réorganisées selon le modèle des banques conventionnelles en leur ajoutant simplement l’ épithète « islamique ou autres qualificatifs similaires » pour recouvrir les institutions et les pratiques néolibérales d’un verni d’«islamité correcte» en y injectant des noms arabes de contrats prémodernes tels que Al Wadia, Al Wadia, Bai al Salam, Musharaka, Istisna Ju’alal, Mudaraba, Murabaha Sukuk Takaful…, ainsi que des symboles et pratiques spirituels (autrement dit islamiques)dans l’espoir de légitimer la commercialisation d’un paraître «islamique», qui donne le réconfort spirituel aux individus essayant de s’intégrer dans l’ordre néolibérale financiarisé.

Dans cette perspective, Le secteur bancaire islamique a recherché et acquis une reconnaissance en tant que partie intégrante de l’économie mondiale, avec un rôle spécifique à jouer sur les marchés financiers, tant internationaux que nationaux. Loin de représenter une alternative au système économique capitaliste, elle en est un acteur à part entière, offrant à ses clients une manière distinctive de réaliser un profit qui peut les séparer du secteur bancaire conventionnel à certains égards, mais qui est clairement conforme aux lois et fonctionnements des banques conventionnelles dans de nombreux domaines. C’est pourquoi, depuis 2000, de nombreuses banques internationales comme Citi, HSBC, etc. ont établi des guichets islamiques qui vendent des produits islamiques dans le cadre de leurs activités courantes. Ainsi, « Le capital des banques islamiques est-il passé de 200 milliards de dollars en 2000 à près de 3000 milliards de dollars en 2016 », a déclaré Ibrahim A.

Warde, professeur de commerce international à la Fletcher School of Law and Diplomacy de l’Université Tufts. Ce chiffre devrait atteindre 4 000 milliards de dollars dans les années 2020. Il existe désormais plus de 300 banques et 250 fonds communs de placement dans le monde respectant les principes islamiques. Alors que la part globale de la finance islamique dans le système financier mondial ne se situe qu’entre 5% et 6%, c’est un secteur en croissance rapide dominé par les institutions financières iraniennes, saoudiennes et malaisiennes. Selon un rapport d’Ernst & Young, il augmentera de 19,7% par an jusqu’en 2018. Toutefois, Fitch cite trois raisons expliquant le niveau élevé de rentabilité des banques islamiques.

Le premier est un environnement d’exploitation bénin. La plupart des banques islamiques sont basées dans des pays producteurs de pétrole, qui connaissent des prix du pétrole élevés, une forte croissance du PIB, des taux d’intérêt bas et un sentiment positif des consommateurs et des entreprises.

La deuxième raison est que les marges sur certains produits de la finance islamique ont tendance à être élevées « , reflétant en partie le manque de transparence des prix mais aussi une concurrence limitée.

La troisième raison est qu’une part importante du financement d’une banque islamique provient de dépôts de clients sans intérêt, ce qui fait généralement baisser le coût du financement et augmente la marge bénéficiaire nette de la banque, « bien qu’elle laisse les revenus vulnérables à la baisse des rendements des actifs » La question qui mérite réflexion et réponse est la suivante : les banques islamiques sont-elles substantiellement et principalement différentes des banques conventionnelles?

L’industrie financière islamique a été félicitée pour avoir transformé une «théorie» en une industrie qui s’est suffisamment développée pour atteindre 4 000 milliards de dollars d’ici 2020 et pour attirer des utilisateurs bancaires dont les objections religieuses les ont éloignés des services bancaires conventionnels, attirant les banquiers non musulmans à ouvrir des guichets islamiques et à introduire une forme de financement plus stable et moins risquée. Cela signifie-t-il que la banque islamique est une alternative cohérente et viable à la banque conventionnelle et une étape , parmi d’autres, vers une remise en question du néolibéralisme ou simplement une imitation trompeuse de la banque conventionnelle déguisée en « ruses et subterfuges » et chargée de « coûts plus élevés, de plus grands risques » et dont les objectifs principales sont davantage interreliés dans les domaines idéologique et politique, comme ouvrir la voie à l’émergence d’une puissante élite financière islamique qui peut influencer et contrôler la dynamique sociétale à travers le financement des activités socio-culturelles dans les milieux précaires et défavorisés et la fidélisation des clients électoraux et, dans le même temps, tenter de prouver la pertinence de l’islam en tant que mode de vie complet (Deen wa Dawla : Religion et État) pour légitimer l’agenda de l’islamisation de l’Etat et la société et en contrepartie , discréditer l’idée des penseurs, les soufis et d’autres mouvances qui prônent que la pertinence de l’islam doit se limiter aux questions de foi personnelle.

Par voie de conséquences, les islamistes Les banques islamiques utilisent divers degrés de subtilité, des campagnes de marketing mettant en garde contre les maux de « l’intérêt usuraire », dénigrant leurs concurrents « usuraires» et associant leur succès à la religion. Car, ils savent très bien, sans la couverture islamique,, les banques islamiques seraient vouées à l’échec, et leur échec est un échec de l’ensemble du projet d’économie islamique, qui à son tour affecte le projet même de l’État islamique moderne. Dans leur article publié par le Journal of Economics and Management intitulé « Une évaluation critique des défis de la réalisation de la maqasid al-charia dans la banque et la finance islamiques ». IIUM Journal of Economics and Management, Duskuki, A.W . Abozaid, Abdelazeem ont écrit: « Ce qui a été réalisé jusqu’à présent est principalement une réplication de la banque et de la finance conventionnelles. Jusqu’à présent, la tentative d’islamiser les transactions bancaires et financières s’est concentrée sur ses formes et ses détails techniques, tandis que la substance économique n’est guère différenciée de celle de la banque et de la finance conventionnelle. La suppression de l’intérêt pour les banques islamiques est cosmétique /trompeuse: Alors que les islamistes ont réussi à transformer le vertueux homo Islamicus en parangon de l’ homo economicus néolibéral, égoïste et acquisitif , les banques islamiques – et leurs clients – ont commencé à utiliser des instruments qui étaient plus prévisibles et pouvaient également générer des bénéfices pour les banques. Le plus répandu d’entre eux est le contrat de murabahah, par lequel la banque achète des produits de base – biens d’équipement ou biens de consommation – au nom du client et ajoute une certaine somme au prix facturé au client. La marchandise devient alors la propriété du client qui s’engage à rembourser à la banque le prix de la marchandise, majoré d’un montant prédéterminé, à une date ultérieure.

Par exemple, si tu veux te procurer une voiture qui coute 250 000 dhs, au lieu de t’octroyer un prêt avec intérêts, ton institution l’achète en t’obligeant à verser un apport personnel si tu n’es pas fonctionnaire et te la revend à un prix majoré d’une marge bénéficiaire que tu payes en une série de versements. Pratiquement, la banque fait une marge qui peut s’élever jusqu’à 40 %,( ça dépend de la durée de remboursement et le montant des mensualités) .Ils prétendent que cela ne constitue pas vraiment de l’intérêt car le crédit reste adossé à l’actif tangible. Cela ressemble beaucoup au paiement d’intérêts sur un prêt, et c’est en effet la façon dont de nombreux prêts sont organisés dans le secteur bancaire conventionnel. (Islamic Finance in the Global Economy by Ibrahim Warde ) Muhammad Saleem, banquier international, co-fondateur et ancien président et chef de la direction de la Park Avenue Bank, New York et conseiller principal de l’une des principales banques islamiques basées à Bahreïn écrit dans son livre «Islamic Banking – a $ 300 Billion Deception» : «Dans leurs transactions murabaha (le mode de financement dominant), la différence entre le prix d’achat et le prix de vente reconnaît la valeur temps de l’argent de la même manière que le fait de facturer des intérêts. En termes plus francs, les banques islamiques facturent des intérêts sur 95% de leurs transactions de financement, mais cachées dans des vêtements islamiques.

En facturant des intérêts sous diverses formes, essentiellement conçues pour masquer des produits, les banques islamiques se livrent à la tromperie, à la duplicité et favorisent ainsi la malhonnêteté. La vraie question est: aux yeux d’Allah qui est un plus grand péché, charger ouvertement l’intérêt ou s’engager dans des pratiques malhonnêtes». (Saleem p68-9) Timur Kuran explique: «Murabaha, le mécanisme de prêt le plus populaire des banques islamiques, n’est qu’une ancienne ruse. Il consiste en plusieurs transactions sans intérêt qui, ensemble, équivalent à des intérêts». (Kuran p15). Khurshid Ahmad, un écrivain prolifique qui a occupé des postes influents au sein des principales commissions gouvernementales chargées de diriger l’islamisation de l’économie pakistanaise, a publiquement critiqué les banques islamiques de son pays, affirmant que » 99% « de leurs activités reposaient toujours sur des intérêts. » (Kuran p16-17) Dans un article récent du magazine Fortune, Useem s’est exclamé : Le résultat ressemblait beaucoup à de l’intérêt, et certains soutiennent que le murabaha n’est qu’une version à peine voilée de celui-ci; les frais de majoration [nom de la banque] sont très proches du taux d’intérêt en vigueur.

Mais les responsables des banques soutiennent que Dieu est dans les détails. Dans son livre Islamic Finance Law, Economics, and Practice, Mahmoud A. El-Gamal rapporte que cette citation ironique de la déclaration selon laquelle «Dieu est dans les détails» peut autrement être considérée comme offensante et condescendante. Cependant, il est étonnamment toléré, et parfois nourri, dans les cercles de la finance islamique. Il reflète l’approche dominante de la forme au-dessus de la substance de cette industrie. Les formes financières islamiques sont dérivées, quoique vaguement, des sources classiques de la jurisprudence islamique, dont le processus de dérivation donne à l’industrie son étiquette «islamique».

D’un point de vue substantiel, Il existe aujourd’hui une forte tendance à ce que les services bancaires islamiques s’inspirent des services bancaires conventionnels, bien que ces derniers soient clairement basés sur les intérêts, que l’Islam rejette totalement. Un examen approfondi et rationnel de certains modes de financement de base pratiqués par certaines banques et institutions financières islamiques prouvera qu’ils ne sont pas différents de ceux proposés et pratiqués dans les banques et institutions financières conventionnelles.

La seule différence que l’examinateur peut trouver réside dans les détails techniques et les formes juridiques, alors qu’en substance, la substance est la même. Par exemple, la banque vous vend un actif pour 30 000 DHS et vous devez 33 000dhs à la banque par an à partir de maintenant après avoir revendu le même actif à la banque. Cet arrangement est acceptable du point de vue de la pratique bancaire islamique en Malaisie, mais ressemble à un étranger comme un simple prêt à 10% d’intérêt.( A. W. Duskuki and Abdelazeem Abozaid) De plus, les banques islamiques ont tendance à ne pas donner la priorité aux projets de développement à long terme par rapport aux projets visant à réaliser des profits rapides.

Le fait qui montre clairement que les banques islamiques n’ont pas l’intention d’adopter de nouvelles politiques de financement et d’explorer de nouveaux canaux d’investissement « pour encourager le développement et élever le niveau de vie des catégories sociales et créer des opportunités d’emploi. Au lieu de cela, comme l’érudit islamique Mohammad Hashim Kamali , déplore l’accent est mis sur le financement à court terme par les banques islamiques qui est « largement concerné par le financement des biens déjà produits, et non par la création ou l’augmentation du capital de production ou par des installations comme les usines, les infrastructures, etc. » Muhammad Akram Khan se plaint également que dans son évolution vers la convergence avec la banque conventionnelle, le développement de produits de la banque islamique « a imité les banques conventionnelles » plutôt que d’établir « un type de banque différent qui soit aligné sur la justice, la distribution équitable des revenus et les modes d’investissement éthiques.  » Un autre universitaire (Mahmoud El-Gamal) regrette également que la banque islamique se soit concentrée sur la forme plutôt que sur le fond, et propose de « réorienter le nom de marque de la finance islamique pour mettre l’accent sur les questions de banque communautaire, de microfinance, d’investissement socialement responsable et autres ».

Même Saleh Abdullah Kamel, lauréat du prix de la Banque islamique, a déclaré que l’industrie n’avait que « la plupart » des caractéristiques de la banque conventionnelle : les schémas d’investissement préférés des banques islamiques sont devenus un mélange de prêt et d’investissement. C’est un mélange qui présente la plupart des caractéristiques d’un prêt à base de riba et les défauts du système capitaliste occidental. Il ne met pas en évidence les caractéristiques de l’investissement islamique basé sur le partage des risques et l’investissement réel. Il ne reconnaît ni la garantie du capital ni son rendement. (Challenges in Islamic finance) Toutes ces citations que nous avons empruntées à d’éminents experts et universitaires islamiques prouvent que les banques islamiques ne sont qu’un secteur bancaire immature et fragmenté qui, comme le chroniqueur turc largement lu qui a été assassiné en janvier 1993, probablement sur ordre de la République islamique d’Iran. Mumcu a vu l’avènement de la banque islamique dans le cadre d’un stratagème sinistre pour faire progresser l’islamisme, isoler les musulmans de la civilisation mondiale et contraindre les nations musulmanes à une union politique despotique établie sur des principes médiévaux.

Cet agenda que nous explorons dans notre prochain article : «L’agenda politique et idéologique derrière la banque islamique».

*

*

Top