Les députés du PPS au parlement

Lablak: condamnation les bombardements israéliens contre Gaza

La présidente du Groupement parlementaire du Progrès et du socialisme à la Chambre des Représentants, Aicha Lablak, a condamné vigoureusement les bombardements israéliens contre la bande de Gaza et réitéré la solidarité inconditionnelle des députés du PPS avec la résistance palestinienne, visant le recouvrement des droits du peuple palestinien dont celui de la création de son Etat indépendant.

Très éplorés par les derniers bombardements aveugles de l’aviation israélienne et scandalisés par le mutisme de la communauté internationale, les députés du PPS fustigent, à l’instar de l’ensemble des membres de la Chambre des Représentants, ces raids sur Gaza, a affirmé la députée.

Elle s’exprimait lors de la séance des questions orales du lundi 6 mai dans le cadre d’un mot d’ordre, à l’instar des présidents des différents groupes parlementaires, qui ont réaffirmé la solidarité des membres de la Chambre et leur condamnation de ces raids qui ont fait un grand nombre de morts et blessés parmi la population et détruit des immeubles et des maisons.

Au cours de la même séance, tous les présidents des groupes parlementaires se sont relayés pour condamner unanimement ces raids barbares et appelé la communauté internationale à agir pour contraindre Israël à cesser ses agressions continues contre le peuple palestinien.

MT

***

Hammouni: Nécessité de  développer le tourisme de montagne et des sites historiques

Tout en reconnaissant les efforts déployés dans l’objectif de faire du tourisme intérieur un des leviers du développement du pays, le député Rachid Hammouni, membre du Groupement parlementaire du progrès et du socialisme à la Chambres des représentants, a fait remarquer que peu d’intérêt est pourtant accordé au tourisme de montagne comme c’est le cas des communes de Sekoura, Imouzzer Marmoucha et Guigou dans la province de Boulemane ainsi qu’aux sites historiques.

Intervenant lors de la séance des questions orales du lundi 6 mai, le député a indiqué, dans une question orale au ministre du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, Mohamed Sajid,  que le cas des communes précitées dans la province de Boulemane illustre parfaitement le manque d’intérêt accordé au tourisme de montagne et ce en dépit des atouts naturels que ces régions recèlent (chutes d’eau, sources, espaces forestiers, etc.).

Comment peut-on imaginer le développement du tourisme dans de telles régions sans assainissement liquide, sans voirie et sans communications, s’est-il interrogé.

Des routes à 2 mètres de largeur et un état délabré de la chaussée ne servent pas la promotion d’un tel secteur, a expliqué le député, selon lequel le développement de ces infrastructures relève des attributions d’autres secteurs et départements ministériels ainsi que des communes.

Evoquant la situation de certaines cités historiques, il a fait savoir que les collectivités locales ne leur accordent aucun intérêt. On n’y trouve ni services d’hygiène, de propreté ou de nettoyage, alors que le département concerné continue de parler de tourisme intérieur. Ce qui explique dans une certaine mesure pourquoi 1,5 million de Marocains préfèrent aller passer leurs vacances à l’étranger, a-t-il ajouté.

M’Barek Tafsi

Related posts

*

*

Top