Les éclaircissements du HCP et les commentaires de Abdeslam Seddiki

Débat sur la situation de l’emploi au Maroc en 2019

A la suite de la publication de la dernière chronique du professeur Abdeslam Seddiki sur la situation de l’emploi en 2019 telle que vue par le Haut Commissariat au Plan (cf notre numéro du mercredi  12 février 2020), le Directeur de la Statistique du HCP a adressé des «éclaircissements» à l’auteur de la chronique qui a jugé utile, des les commenter, afin, écrit-il de « relancer le débat auquel nous avons appelé de nos vœux et à contribuer au  renforcement des pratiques démocratiques dans notre pays».

Nous reproduirons les textes du directeur des statistiques du HCP, Oussama Marseli, suivis des commentaires d’Abdeslam Seddiki.

Eléments d’éclaircissement de la direction des statistiques du HCP

Par Oussama Marseli*

Cher professeur, j’ai l’honneur de vous exprimer mes remerciements pour l’intérêt que vous ne cessiez de porter aux informations diffusées par le Haut-Commissariat au Plan et en particulier celles relatives à la situation du marché de travail dans notre pays et de vous informer que j’ai reçu avec beaucoup d’intérêt vos remarques émises dans l’article susmentionné.

A cet égard, je tiens à vous remercier d’avoir attiré notre attention sur l’omission de 3.000 postes d’emploi au niveau des secteurs économiques et le questionnement qu’elle ait suscité. Ces postes d’emploi, faut-il le préciser, ont des activités non désignées, selon la nomenclature marocaine des activités, et représentent une part de 0,1% de l’ensemble des actifs occupés comme déjà signalé dans le tableau 1 de la note du HCP sur le marché de travail en 20191. Par la même occasion, et conformément aux principaux fondamentaux de la statistique officielle2, je suis interpelé à partager avec vous les éclairages ci-après sur les remarques émises dans votre article. Partant de votre déontologie et de votre patriotisme progressiste, ainsi que de la notoriété nationale du journal Al Bayane, je suis convaincu que vous saurez mettre ces éclaircissements à la disposition de vos lecteurs et à l’opinion publique.

• Les actifs occupés sont classés, abstraction faite de la nature de leur emploi (permanent, saisonnier, temporaire, formel, informel, etc.), selon l’activité en se basant sur la nomenclature marocaine des activités (NMA 2010) comportant 650 activités dont 310 relevant du secteur des services. Il est à signaler que les mendiants ne sont pas considérés comme actifs occupés.

• En l’absence d’une nomenclature détaillée des activités artisanales, les statistiques publiées, jusqu’à présent, concernent le secteur de l’industrie y compris l’artisanat. Dans un souci de répondre aux besoins des utilisateurs, le HCP a introduit, depuis le troisième trimestre de 2019, dans son enquête sur l’emploi, une batterie de questions visant à dissocier les activités artisanales de celles relevant de l’industrie. 3.

• Selon les résultats publiés par le HCP1, le secteur de l’agriculture, forêt et pêche a perdu 160.000 emplois dans le monde rural.

• Le taux d’activité est défini comme étant la part des actifs dans la population en âge d’activité (âgée de 15 ans et plus) qui est de l’ordre de 26.360.000 personnes. Ainsi, 0,2 point de taux d’activité correspond à 52.700 personnes.

• Le HCP appréhende le phénomène du sous-emploi conformément aux normes du BIT, selon deux composantes, la première liée au nombre d’heures travaillées et la deuxième à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et emploi exercé. En vous réitérant mes remerciements, et en restant à votre entière disposition pour autres compléments d’information, je vous prie d’agréer, cher professeur, l’expression de ma haute considération.

*(Directeur de la Statistique du HCP)

***

Commentaires de Abdesslam Seddiki

Monsieur le Directeur de la Statistique n’a pas manqué de réagir à notre chronique publiée sur le journal  Al Bayanedu 12 février portant sur «la situation  de l’emploi en 2019» en apportant des précisions qu’il a jugées utiles. Cela est de nature à relancer le débat auquel nous avons appelé de nos vœux et à contribuer au  renforcement des pratiques démocratiques dans notre pays.  Tout en  le remerciant pour son témoignage à mon égard et au journal Al Bayane, j’exprime mon respect  et ma considération aux  cadres du HCP et à mon collègue et ami Le Ministre qui  œuvre au développement de la notoriété de cette honorable institution qui occupe une place centrale dans la production des statistiques et  la réalisation des études de haute facture  scientifique.

Ceci étant, je dois constater que les précisons qui ont été apportées ne touchent pas aux  problèmes de fond soulevés dans mon article.  On aurait aimé avoir des explications sur le fait que l’économie marocaine crée désormais 50000 emplois pour un point de croissance  contre 15000 au cours des dernières années. Que s’est-il passé au juste pour qu’une telle évolution se produise?

Par ailleurs, Mr Le Directeur me donne raison sur le fait que les emplois créés ont été pour l’essentiel des emplois précaires puisque les secteurs  structurés   (formels)  n’y contribuent que d’une façon marginale. Cela n’apparait pas d’une manière explicite dans la publication  du HCP dans la mesure où «les actifs occupés sont classés, abstraction faite de la nature de leur emploi».

Je dois également saluer les efforts en cours pour dissocier les activités industrielles et celles relevant de l’artisanat. Ce qui contribuera, à coup sûr, à une meilleure connaissance de la dynamique sociale et des progrès accomplis en matière d’industrialisation.

Pour ce qui est enfin du sous-emploi et du chômage déguisé,  il y a une différence d’approche évidente.   Je persiste à penser que ces deux phénomènes constituent des catégories de chômage. C’est l’approche  retenue par les Economistes et  les Sociologues et qui n’est pas  forcément celle du BIT.

En tout état de cause, tant que nous n’aurons pas instauré et généralisé  l’assurance-chômage, nos statistiques en la matière demeureront partielles et imparfaites nonobstant la bonne volonté des  Statisticiens.

*

*

Top