Les marchés, nouveaux foyers de contamination?

Karim Ben Amar

Deux mois après le début de l’état d’urgence sanitaire, le célèbre marché Badr de Casablanca a fermé ses portes sur décision des autorités. Pas moins de 5 commerçants ont été atteints par la Covid-19. Le célèbre souk de la métropole est donc devenu un foyer d’infection au nouveau coronavirus. Fermé depuis le 17 mai et jusqu’à nouvel ordre, c’est plus de 200 commerces (bouchers, épiciers, marchands de fruits et légumes, cordonniers, tailleurs, etc) qui sont à l’arrêt. Le cas du marché Badr n’est pas isolé puisque la halle aux poissons de Casablanca a connu le même sort, et pour le même motif. Reportage.

Du jamais vu pour les habitants du quartier Bourgogne. La fermeture du marché Badr sur décision des autorités a chamboulé bien des habitudes. Ce marché très prisé par une minorité de casablancais qui ont les moyens est donc fermé jusqu’à nouvel ordre.

Pour les riverains de ce marché, et pour un temps, fini la galère pour trouver une place de stationnement ou la pollution sonore lié aux klaxons incessants. La rue Imam Alloussi ainsi que tout le périmètre n’ont jamais été aussi calme.

L’intérieur du marché qui a pour habitude d’être plein à craquer, n’est désormais fréquenté que par «les résidents» du souk. En effet, tous les félins  du quartier et des alentours ont investi le lieu. En l’absence de clients pour cause de fermeture, les chats paraissent plus nombreux qu’en temps normal.

Hormis, les boules de poils, les irréductibles badauds font de la résistance. L’on peut les apercevoir dans les dédales du souk, cigarette au bec et canette de soda à la main.

Contacté par l’équipe d’Al Bayane, Aziz, un vendeur et réparateur de téléphone mobile à l’étage du souk, a déclaré qu’«après la déclaration de 5 cas de contamination au nouveau coronavirus, toutes les personnes travaillant dans ce marché ou tenant un commerce ont été contrôlées».

Concernant le manque à gagner à la suite de la fermeture du marché Badr, le jeune trentenaire  a assuré que «malgré les pertes fulgurantes pour les commerçants engendrées par la fermeture du souk, les charges à payer, etc, notre sécurité sanitaire prime sur les soucis matériels que nous rencontrons. Nous espérons néanmoins, pouvoir reprendre nos activités incessamment, mais pour cela, il faut respecter les mesures de sécurité sanitaire ainsi que le confinement obligatoire».

«De toute les manière, le monde entier est impacté par cette crise sanitaire. Tous les secteurs sont sévèrement touchés. Il va sans dire que la reprise sera difficile. Et de conclure «pour ma part je me suis arrangé avec mes fournisseurs, j’aurai droit à quelques semaines de répits après l’ouverture du marché».

Le marché Badr n’est pas un cas isolé. Toujours dans la capitale économique du royaume, la fermeture de la halle de poisson du quartier Sidi Othman  a été décidée par les autorités le lundi 25 mai.

Dans la halle aux poissons de Sidi Othman, l’un des plus grands marchés de vente en gros du pays, c’est plus de 60 cas de contamination au Covid-19 qui ont été enregistrés parmi les vendeurs. Motif de cette contamination de masse: la non-application des mesures barrières de sécurité.

Une opération de dépistage a depuis été lancée auprès des commerçants. Cependant, il est à noter que la fermeture de ce marché aura un impact néfaste sur l’approvisionnement en poisson dans toute la région casablancaise.

Related posts

*

*

Top