Lkraimi, une vie à l’ombre…

Mohamed Nait Youssef

L’unique hommage à rendre un artiste après son départ définitif, c’est de lui dire «merci», de le garder dans nos mémoires à jamais.

En effet, Lkraimi, l’humoriste marocain qui a fait rire aux éclats  ses fans, a tiré sa révérence, samedi 11 juillet, à l’âge de 59 ans, des suites d’un accident de route, dans la région de Chichaoua. Un sort tragique d’un artiste populaire unique, infatigable ayant sillonné les souks hebdomadaires dans les quatre coins du pays pour partager des moments de joie et de rire  avec les férus de la forme la plus ancienne de théâtre traditionnel au Maroc, «Al Halka».

Cet artiste populaire a tout donné à son art qu’il a défendu jusqu’au bout, jusqu’au dernier souffle de sa vie loin des projecteurs et des lumières facettes. Talentueux, ce fils du peuple ayant consacré sa vie  à l’humour, à l’art, aux déplacements interminables, a été depuis toujours l’artiste préféré des gens sympas, modestes, simples et populaires dans les régions enclavées et isolées.

Pendant de nombreuses années, cet humoriste aux semelles de vent a parcouru des distances à la rencontre des visages assoiffés à un moment de partage convivial où l’humour rime avec la profondeur du message puisé dans le vécu, dans ses souffrances et son absurdité. Et puis, un sourire, un rire suffisaient pour  panser les fissures du temps et la cruauté de la réalité. Lkraimi avait l’art et la manière. Il avait ce génie d’aborder des tabous et de mettre le doigt sur la plaie avec un style humoristique parlant et portant sa marque, sa voix de l’homme venu des terres profondes du pays.

Fidèle à sa première passion voire son métier, le défunt a continué d’animer «Al Halka» en défiant toutes les technologies et les écrans ayant ravagé les maisons et les esprits.

L’unique hommage à rendre un artiste après son départ définitif, c’est de lui dire «merci».  Merci Lkraimi!

Étiquettes ,

*

*

Top