Maha Haddioui, l’esthète du parcours du soleil

Native de la ville d’Agadir, Maha Haddioui, est aujourd’hui le sujet de prédilection des médias. La dernière participation de la golfeuse vedette au tournoi Dubaï Ladies masters fut un véritable succès. Selon le résultat final, la championne marocaine, a réussi à passer le Cut d’un des tournois les plus sélectifs et les mieux dotés du circuit. Encore plus, elle a surclassé plusieurs joueuses de talent, telles Caroline Afonso, Marianne Skapnord, Becky Brewerton et Holly Aitchison. Pour la petite histoire, Maha Haddoui a été initiée à la pratique du golf à l’âge de 14 ans. Sa persévérance, mais aussi son talent exceptionnel dans la manipulation du putter et sa confiance en soi, lui ont permet d’être élue meilleure sportive de l’année pour la saison 2012-2013.

Contrairement à plusieurs athlètes, Maha Haddioui, figure parmi ceux et celles qui ont su parfaitement conjuguer les études à la pratique du sport. Son séjour aux Etats-Unis et en particulier son cursus universitaire à l’université de Lynn, située en Floride, a été sanctionné par un Master en business international. Et ce n’est pas tout, elle a été promue capitaine d’équipe de golf de l’université. Maha a été désigné, en 2007, meilleure golfeuse de l’année par l’association des coachs américains du Golf.

Contactée par le journal Al Bayane pour dresser un bilan de ses participations en 2015, Maha Haddioui a souligné que « la saison 2015 a été positive dans l’ensemble et ce, même si elle n’a pas pu réaliser son objectif personnel, celui d’avoir une place dans le top 40 des meilleurs golfeuses européennes. Et de souligner que « ses participations lui ont permis de gagner beaucoup d’expérience et de hausser son niveau de jeu, en rivalisant avec des joueuses de renommées mondiales, en l’occurrence, la chinoise Shanshan Feng ou encore la Thaïlandaise, Thidapa Suwannapura».

«Les JO de Rio 2016, sont ma priorité».

Pour elle, « plus particulièrement en sport du golf, il est difficile de garder le même rythme de la compétition, étant donné qu’il s’agit d’un sport qui exige beaucoup de concentration, de précision et une préparation mentale de haut niveau ». Toutefois, explique-t-elle, «les quelques cuts qu’elle a raté, ne ont été que d’un seul point ». Ce qui constitue pour elle, «un résultat satisfaisant voire encourageant», a-t-il indiqué au journal Al Bayane. Abondant dans le même ordre d’idées, notre interlocutrice n’a pas caché sa satisfaction quant à sa dernière participation au Tournoi de Dubaï. «Mes efforts ont été récompensés lors de ma participation au tournoi de Dubaï et ce en me qualifiant pour la phase finale pour la deuxième année consécutive», tout en mettant l’accent sur le fait qu’il s’agit de «l’un des parcours les plus prisés dans toute la région du Golf».

S’agissant de ses perspectives d’avenir, Maha Haddoui, a fait savoir que son objectif ultime pour l’an prochain, est celui de prendre part aux Jeux Olympiques de Rio 2016 et représenter dignement sa patrie et d’honorer la pratique du golf au Maroc à l’instar des autres athlètes qui ont fait la gloire du royaume».

«En termes de points, ce n’est nullement impossible. Il faut que je travaille ardemment pour concrétiser ce rêve qui me taraude durant plusieurs années», a-t-elle indiqué en substance. De surcroit, la golfeuse marocaine ambitionne de se classer dans le top 30 du Tour. «C’est un véritable challenge. Je fais partie de ceux qui croient au possible et ne rechigne jamais devant aucun obstacle».

Sur un autre registre, Maha Haddioui estime qu’elle a de la la chance d’être bien entourée par un staff professionnel qui ménage aucun effort pour la soutenir. «Je tiens à les remercier tous sans exception, notamment ceux l’Association du Trophée Hassan II ou à de Taghazout Bay où je m’entraine».

Concernant la situation du sport de golf dans le pays, Maha Haddioui a répondu que le Maroc regorge de talents qui auront leur mot à dire prochainement et de joueurs professionnels qui ont pu faire leurs preuves durant plusieurs compétions. « Seulement, la seule lacune que nous accusons encore reste le manque de tournois amateurs afin de motiver les jeunes et aiguiser leurs compétences», a-t-elle confié à Al Bayane.

Mais grâce au travail effectué par l’Association du Trophée Hassan II (ATH), on peut affirmer que le golf marocain est entre de très bonnes mains et pourrait encore réaliser de bons résultats à l’échelon international», a-t-elle indiqué et de conclure que «l’ATH déploie un effort incommensurable pour venir en aide aux jeunes joueurs comme aux professionnels marocains. Il suffit de dire que l’ATH organise annuellement 15 tournois internationaux sur le sol marocain.

Rachid Lebchir

*

*

Top