Migration: L’approche marocaine mise en exergue

La politique migratoire marocaine et ses initiatives prometteuses en faveur des migrants et réfugiés, qui se trouvent sur les terres du royaume, sont tout le temps mises en exergue par des instances internationales. A l’ONU, comme à l’échelle africaine ou encore au niveau européen, la pertinence de l’approche marocaine est soulignée.

En effet, la politique migratoire marocaine se distingue par sa spécificité, constituant un véritable agenda africain sur la question de la migration. D’une portée pleine et entière, cette approche a été annoncée par le souverain lors du 29ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine.

En tant que leader de cette instance continentale, le souverain avait fait un plaidoyer pour une vision africaine commune sur la migration dans le cadre d’un «Observatoire africain des migrations et du développement». Cette vision royale vient d’être saluée par le pacte mondial pour des migrations, ordonnées et régulières à New York, le citant comme exemple en la matière.

Le texte de ce pacte, endossé par l’assemblée générale de l’ONU, et qui sera formellement adopté lors d’une conférence internationale prévue les 10 et 11 décembre prochain à Marrakech, recommande la création et le renforcement des observatoires de migration, en se référant à la vision marocaine de l’immigration dans le continent africain, validée dernièrement par le 31ème Sommet de l’Union africaine à Nouakchott. La mission de cet observatoire proposé par le royaume s’articulera autour du triptyque «comprendre, anticiper et agir». C’est d’ailleurs ce triptyque qui a servi de base pour le projet du pacte mondial pour des migrations, ordonnées et régulières.

Selon le texte fondateur, ce pacte mondial est de «recueillir et analyser des données conformes aux normes des Nations unies, les contributions des migrants, les avantages économiques, sociaux et politiques et les défis de la migration dans les pays d’origine, de transit et de destination». Le pacte s’inspire également du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et du Programme d’action d’Addis-Abeba, ainsi que de la déclaration du Dialogue de haut-niveau sur les migrations internationales et le développement adopté en octobre 2013.

«Aujourd’hui, une nouvelle vision s’impose : il s’agit de faire de l’immigration un sujet de débat apaisé et d’échange constructif», avait affirmé SM le Roi Mohammed VI dans un message adressé au cinquième sommet Union africaine-Union européenne, tenu novembre 2017 à Abidjan.

B.Amenzou

*

*

Top